-15.9 C
Montréal
23 janvier 2022 04:12
Accueil Actualité Est-ce que la 'cession' est terminée ? Les statistiques indiquent une...

Est-ce que la ‘cession’ est terminée ? Les statistiques indiquent une reprise, les experts ne sont pas si sûrs

Nous suivre

Lorsqu’Alicia Dempster a commencé son congé de maternité en juin 2019, elle n’avait jamais rêvé qu’elle serait encore à la maison deux ans et demi plus tard.

La femme de Stouffville, en Ontario, avait pleinement l’intention de reprendre son travail de planificatrice d’événements pour une municipalité de la région après 15 mois à la maison pour s’occuper de son bébé et de son petit frère.

Mais COVID-19 a fait dérailler ces plans. Lorsque sa date prévue de retour au travail est arrivée, l’absence totale d’événements publics a signifié que l’emploi qu’elle avait autrefois n’existait plus. Le travail alternatif que lui proposait son employeur – tondre l’herbe et cueillir les mauvaises herbes avec le service des parcs – semblait ne pas correspondre à ses compétences, alors elle a choisi de rester à la maison « juste un peu plus longtemps ».

Maintenant, ses fils ont cinq ans et deux ans et demi et la variante Omicron est à la hausse.

Comme de nombreuses Canadiennes, Dempster ne se préoccupe pas seulement de savoir depuis combien de temps elle est absente du marché du travail, mais si elle trouve un emploi, elle sait qu’elle jonglera avec les exigences du travail et de la parentalité, y compris les tests COVID et l’isolement obligatoire à chaque fois. de ses enfants tousse ou renifle.

Alors que des données récentes suggèrent une reprise de l’emploi pour les femmes en âge de travailler, les statistiques ne parviennent pas à saisir l’ensemble du tableau, dans lequel de nombreuses femmes ont encore du mal à concilier travail et vie de famille.

La qualité du travail sur la quantité

Au début de la pandémie, on a beaucoup écrit sur le bilan disproportionné de COVID-19 sur les finances et les perspectives de carrière des Canadiennes.

Les industries à prédominance féminine comme l’hébergement et les services de restauration ont été les plus durement touchées par les restrictions et les fermetures, et de nombreuses femmes ont également souffert d’un manque de services de garde d’enfants alors que les garderies et les écoles ont fermé au cours de ces premiers mois.

Même un an plus tard, en mars 2021, l’emploi chez les femmes restait inférieur d’environ 5,3% à ce qu’il était en février 2020, contre une baisse d’environ 3,7% pour les hommes, selon un rapport du Conseil d’information sur le marché du travail.

REGARDER | Comment la pandémie a rendu les employeurs plus flexibles pour les parents qui travaillent :

Pandémie poussant les employeurs à rendre le travail plus flexible pour les parents

Au cours de la dernière année, de nombreuses femmes ont soit quitté leur emploi, soit réduit leurs heures afin de pouvoir s’occuper des enfants pendant la pandémie. Cela a poussé certains employeurs à chercher des moyens de rendre le travail plus flexible pour les parents. 2:31

Mais à mesure que l’économie a rouvert progressivement au cours de l’été et de l’automne, les perspectives des femmes se sont améliorées. Le Canada dans son ensemble a rattrapé son nombre d’emplois avant la pandémie en septembre de cette année, et selon Statistique Canada, le seul groupe d’âge de femmes qui n’a pas encore retrouvé son niveau d’emploi avant la pandémie est la catégorie des 55 ans et plus.

« Maintenant, si vous regardez les femmes plus jeunes, leur taux d’emploi est plus élevé qu’avant la pandémie. Un peu plus d’un point de pourcentage plus élevé », a déclaré l’économiste de l’Université de Calgary, Trevor Tombe.

« C’est la même histoire pour le groupe d’âge des 25-54 ans – leur taux d’emploi est supérieur d’un point de pourcentage. »

Mais Armine Yalnizyan, économiste basée à Toronto et membre de la Fondation Atkinson sur l’avenir des travailleurs, met en garde contre la fin de la « cession ». Elle a souligné que les statistiques offrent un aperçu global d’une population et que de nombreuses femmes individuelles sont toujours aux prises avec les impacts de la pandémie sur leur carrière et leurs finances.

En outre, a déclaré Yalnizyan, il est essentiel de se rappeler que les données sur l’emploi de Statistique Canada ne portent que sur la « quantité » des emplois, et non sur la « qualité » – un élément clé de l’histoire en ce qui concerne COVID-19 et ses effets sur le genre et la la main d’oeuvre.

Selon Armine Yalnizyan, économiste basée à Toronto et membre de la Fondation Atkinson sur l’avenir des travailleurs, la question de la qualité du travail est « vraiment, vraiment importante pour la question de ce qui arrive aux femmes ». (Centre canadien de politiques alternatives)

« La question de la qualité du travail est vraiment, vraiment importante pour la question de ce qui arrive aux femmes », a-t-elle déclaré.

« Pour le ‘Je n’arrive pas à obtenir une promotion, j’ai dû changer de travail ou j’ai le stress de perdre mon emploi, je m’accroche à peine parce que mes enfants sont à la maison la moitié du temps’, le binaire de « êtes-vous employé ou n’êtes-vous pas employé » n’est pas une très bonne mesure. »

Impact sur les mères qui travaillent

Avant que la pandémie ne frappe, Stephanie Bakker-Houpf de High River, en Alberta, était ravie d’avoir enfin le temps de se concentrer sur le lancement de son entreprise de conseil en création et de gestion de contenu après des années à mettre ses propres rêves de carrière en veilleuse pour élever ses deux filles maintenant adolescentes.

Mais non seulement ses contrats de pain et de beurre avec des clients musiciens et artistes se sont taris en l’absence de représentations en direct l’année dernière, mais la divorcée Bakker-Houpf s’est retrouvée à sacrifier un temps de travail précieux alors qu’elle aidait ses filles à faire l’école à domicile et les soutenait. à travers toutes les perturbations et les angoisses qui accompagnent le fait d’être un enfant dans une pandémie.

« Aujourd’hui, les enfants sont constamment confrontés à l’incertitude et à l’interruption de leur vie. Et pourtant, nous, les mamans, sommes toujours censées pouvoir fonctionner de la même manière et nous présenter à notre travail de la même manière », a déclaré Bakker-Houpf.

Jennifer Hargreaves, fondatrice et PDG de l’organisation de recrutement pour la diversité Tellent – ​​qui vise à aider les femmes en transition de carrière à trouver de nouvelles opportunités – a déclaré s’il est vrai qu’autant de femmes peuvent travailler maintenant qu’avant la pandémie, les chiffres ne disent pas toute l’histoire .

Jennifer Hargreaves, PDG du cabinet de recrutement pour la diversité Tellent, dit qu’il est effrayant d’entendre certains employeurs dire que les choses sont revenues à la normale alors que de plus en plus de femmes demandent un soutien en santé mentale « parce qu’elles viennent d’atteindre un point de basculement avec l’épuisement professionnel ». (Photo d’Andy Heics)

En fait, Hargreaves a déclaré qu’elle craignait que les travailleuses canadiennes ne se dirigent vers une autre crise en 2022, alors que les employeurs commencent à exhorter les employés à revenir au bureau au moins à temps partiel, même si les écoles et les garderies continuent de lutter contre les cas de COVID. et les enfants de moins de cinq ans ne sont pas vaccinés.

« Ce qui est effrayant, c’est que certains employeurs semblent impatients de dire: » nous revenons à la normale cette année « , a déclaré Hargreaves.

« Parce que ce que je vois sur le terrain, c’est de plus en plus de femmes qui tendent la main et obtiennent un soutien en santé mentale, car elles viennent juste d’atteindre un point de basculement avec l’épuisement professionnel. Et les femmes prennent des congés pour stress. »

REGARDER | La garde d’enfants parmi les politiques clés nécessaires pour la couverture, dit l’économiste :

« She-cession » nécessitera un livre de jeu différent pour la récupération, selon un expert

Le gouvernement fédéral prévoit un programme national de garde d’enfants comme moyen d’aider les femmes – qui ont subi le plus gros des pertes d’emplois liées à la pandémie – à reprendre le travail. C’est un soutien clé qui, selon un économiste, est la clé d’une « couverture d’elle ». 2:02

Si les femmes ont une chose qui joue en leur faveur, a déclaré Hargreaves, c’est le fait que les employeurs d’un large éventail d’industries sont actuellement aux prises avec des pénuries de main-d’œuvre systémiques.

Elle a dit qu’elle espère que cela incitera les employeurs à reconnaître que la façon de retenir les talents est de continuer à donner la priorité à la flexibilité.

« J’espère que les employeurs pourront tirer les leçons de COVID-19 et commencer à les mettre en œuvre et à faire ce changement de culture », a déclaré Hargreaves.

« Je pense qu’ils vont absolument devoir le faire pour rester agiles dans cette nouvelle économie. »

Source : www.cbc.ca

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

Les Maple Leafs profitent de l’élan précoce de la victoire contre les Islanders pour clore un road trip de 6 matchs

Morgan Rielly a inscrit un but et une aide, Petr Mrazek a stoppé 25 tirs et les Maple Leafs de Toronto ont battu les...

Draisaitl ouvre les vannes, les Oilers sortent de la misère

Leon Draisaitl a marqué quatre points, dont le but vainqueur, et le défenseur Evan Bouchard a marqué deux fois dans...

Allergique au froid… pour de vrai

Une adolescente doit redoubler de vigilance lorsqu'elle sort car elle a développé...

Visages de notre histoire : William Notman, Saisir Montréal

De l'Ecosse à Montréal William Notman met les pieds à...

Les Sénateurs perdent une avance de 2 buts dans la dernière période, tombent aux mains des Capitals en prolongation pour une 3e défaite consécutive

Alex Ovechkin a marqué ses 28e et 29e buts de la saison en troisième période, Nicklas Backstrom a bondi sur un revirement pour amener...

Canadien : Primeau récupère | Le Journal de Montréal

Il n'y a pas de victoire morale dans la LNH. Mais...

Vous pourriez aimer

Les Maple Leafs profitent de l’élan précoce de la victoire contre les Islanders pour clore un road trip de 6 matchs

Morgan Rielly a inscrit un but et une aide, Petr Mrazek a stoppé 25 tirs et les Maple Leafs de Toronto ont battu les...

Draisaitl ouvre les vannes, les Oilers sortent de la misère

Leon Draisaitl a marqué quatre points, dont le but vainqueur, et le défenseur Evan Bouchard a marqué deux fois dans...

Allergique au froid… pour de vrai

Une adolescente doit redoubler de vigilance lorsqu'elle sort car elle a développé...

Visages de notre histoire : William Notman, Saisir Montréal

De l'Ecosse à Montréal William Notman met les pieds à...