-15.9 C
Montréal
23 janvier 2022 04:03
Accueil Actualité La COVID-19 pousse les hôpitaux du Québec au plus haut niveau d'alerte....

La COVID-19 pousse les hôpitaux du Québec au plus haut niveau d’alerte. Voici ce que cela signifie

Nous suivre

Pour la première fois depuis le début de la pandémie, il y a plus de 2 000 personnes atteintes de COVID-19 dans les hôpitaux du Québec, qui doivent retarder ou annuler des services médicaux dans presque tous les départements.

Avec 20 000 travailleurs sans emploi à cause du virus, de plus en plus d’hôpitaux de la province sont submergés de patients COVID-19.

La province ferme maintenant certaines salles d’urgence, retarde les chirurgies et ferme plusieurs services de soins d’urgence de l’hôpital, tels que les centres de cardiologie et de traumatologie, et réoriente les patients ailleurs.

C’est le genre de décisions que prennent les conseils de santé après avoir déclaré une alerte de niveau 4 – la plus élevée du plan d’urgence COVID-19 de la province.

Jusqu’à présent, quatre régies régionales de la santé ont déclaré un niveau 4 et au moins une autre région devrait le faire la semaine prochaine, selon le ministère de la Santé du Québec.

Alors, qu’est-ce que cela signifie? Et que se passe-t-il après ça ?

Quels services sont coupés au niveau 4 ?

La majeure partie de la province reste en alerte de niveau 3, ce qui signifie que jusqu’à la moitié des chirurgies non urgentes sont retardées. Jeudi, le ministère de la Santé a envoyé des lettres aux chefs des conseils régionaux de la santé de la province, les exhortant à retarder entre 20 et 50 pour cent des chirurgies non urgentes.

Mais pour ceux qui sont maintenant au niveau 4, jusqu’à 80% des chirurgies pourraient être retardées, y compris les procédures non urgentes et même semi-urgentes dans presque tous les services de soins médicaux.

Les hôpitaux de l’Estrie, de la Mauricie et de la Montérégie-Est ont déjà atteint le niveau d’alerte le plus élevé.

Une grande partie du reste de la province, dont Montréal, Laval, les Laurentides et la région de Québec ont atteint et dépassé le troisième niveau.

Au niveau 4, les petites, moyennes et certaines grandes salles d’urgence peuvent fermer. Les personnes qui se présentent aux urgences avec des problèmes jugés non urgents peuvent être référées à une clinique sans rendez-vous.

Les ambulanciers paramédicaux peuvent être amenés à prêter main-forte à leur arrivée à l’hôpital avec un patient, qu’ils continueraient à suivre en soutien aux infirmières.

Les traitements contre le cancer semi-urgents pourraient être reportés. Les services de cardiologie et les centres de traumatologie pourraient être fermés dans certains hôpitaux, les patients étant redirigés vers d’autres régions.

Certaines naissances peuvent également être transférées à d’autres endroits.

Le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, a déclaré qu’environ 20 000 travailleurs de la santé sont absents parce qu’ils ont contracté le coronavirus. Il dit que 30 000 autres sont absents pour d’autres raisons, notamment l’épuisement professionnel. (Ryan Remiorz/La Presse Canadienne)

Par exemple, une naissance à faible risque pourrait être programmée dans une maison de naissance plutôt qu’un hôpital, ou déplacée vers un hôpital qui a plus de capacité.

Les soins après la naissance d’un bébé pourraient également être transférés dans un autre hôpital ou une autre région, selon la capacité.

Les soins de fin de vie, y compris l’aide médicale à mourir, ne seront fournis qu’à l’hôpital ou dans des centres de soins palliatifs, plutôt qu’à domicile.

Le ministère de la Santé dit qu’il essaie de maintenir le plus grand nombre de services de santé mentale en activité, « compte tenu des besoins croissants de la population ». Mais les évaluations et les diagnostics ne seront faits que pour les cas urgents, et les services sociaux ne tiendront pas de consultations psychologiques, orientant plutôt les gens vers la ligne téléphonique 811 des soins de santé du Québec.

Qui est concerné par les retards ?

Le Dr Joseph Dahine, spécialiste des soins intensifs à l’hôpital Cité-de-la-Santé à Laval, affirme que les hôpitaux commençaient à être plus occupés avant même le début de la vague de variantes Omicron en raison de patients plus malades, qui avaient été touchés par des procédures reportées lors des vagues précédentes. .

Dahine dit que le report de ces services met à rude épreuve les patients et le système de santé à long terme.

« Nous faisons tout ce que nous pouvons avec le peu de ressources dont nous disposons, en pensant toujours à ce qui est le plus sûr pour le patient, mais certains compromis doivent être faits », a déclaré Dahine. « Nous vivons des moments très difficiles. »

REGARDER | Le médecin des soins intensifs s’attend à ce que la charge de travail augmente au moins « par trois » dans les semaines à venir :

Pas d’autre choix que de faire face à la flambée de COVID-19 «un jour à la fois», dit un médecin des soins intensifs

Le Dr Joseph Dahine, spécialiste des soins intensifs à l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé à Laval, dit s’attendre à ce que la charge de travail de son personnel soit au moins triplée au cours des prochaines semaines. 1:05

Pourquoi la situation est-elle si grave ?

Non seulement le nombre de personnes hospitalisées atteintes de COVID-19 a atteint un sommet pandémique dans la province, mais le nombre total de travailleurs de la santé mis à l’écart par le virus augmente également rapidement.

Selon le ministère de la Santé, environ 20 000 travailleurs sont absents à cause du coronavirus, mettant encore plus à rude épreuve les services hospitaliers mis à rude épreuve depuis près de deux ans.

30 000 autres sont en congé, soit en raison d’un épuisement professionnel ou d’autres problèmes de santé, a déclaré cette semaine le ministre de la Santé Christian Dubé.

Cela signifie qu’environ 15 p. 100 des quelque 330 000 travailleurs de la santé au Québec sont à domicile.

Jeudi, la Dre Lucie Opatrny, qui est sous-ministre déléguée de la Santé du Québec et haut responsable hospitalier, a déclaré que le passage des régions d’un niveau d’alerte à un autre est « lié, en partie au poids de la COVID, mais aussi au niveau d’absences » dans le réseau de la santé.

« Nous avons des réunions hebdomadaires, ou plus fréquemment au besoin, avec chaque CISSS et CIUSSS pour mieux comprendre leurs défis », a déclaré Opatrny.

Il est important de noter que la plupart des jours, selon Dubé, environ 40 pour cent des personnes admises à l’hôpital pour des raisons autres que COVID sont testées positives pour le virus.

La Dre Lucie Opatrny, à gauche, sous-ministre adjointe de la Santé du Québec et haut responsable de l’hôpital, a déclaré qu’elle craignait que les récents retards dans les services ne libèrent suffisamment de personnel pour traiter les patients. (Ryan Remiorz/La Presse Canadienne)

Le ministre de la Santé soutient que ces patients contribuent néanmoins à la pression que le coronavirus fait peser sur les hôpitaux.

« Nous devons traiter ces personnes différemment », a-t-il déclaré. « Cela complique le travail de notre personnel.

Dubé a également déclaré qu’environ 50 % des hospitalisations liées à la COVID-19 sont des personnes non vaccinées et que ces patients présentent des symptômes plus graves de la maladie.

Que se passe-t-il après le niveau 4 ?

L’institut de recherche en soins de santé de la province, connu sous le nom d’INESSS, indique qu’il pourrait y avoir plus de 3 400 personnes à l’hôpital en deux semaines.

Ces chiffres, a déclaré l’INESSS, ne tiennent pas compte des effets potentiels de la dernière série de restrictions de la province conçues pour ralentir la propagation d’Omicron. Ils incluent le report du retour des enfants à l’école, la fermeture des salles à manger et des bars des restaurants et le retour du couvre-feu nocturne.

L’institut a également déclaré, cependant, que ces chiffres placeraient toute la province bien au-dessus du niveau d’alerte de niveau 3.

Dahine, du service de soins intensifs de la Cité-de-la-Santé, explique que le niveau 4 implique une certaine quantité de priorisation de quel patient obtient quoi. Il s’agit de décider qui a besoin d’une intervention chirurgicale ou de soins d’urgence en premier.

Dahine dit que les unités de soins intensifs doivent toujours trier ceux qui peuvent le plus bénéficier des lits de soins intensifs.

« Mais étant donné l’augmentation sans précédent des cas de COVID dans les hôpitaux, le jeu a un peu changé », a-t-il déclaré.

Il a expliqué que le niveau 4 implique une réévaluation constante des services que le système de santé peut fournir, de la chirurgie au dépistage du cancer, en passant par les activités hospitalières régulières.

« L’extrême, ce sont les situations de vie ou de mort – quel patient priorisons-nous pour ce dernier lit de soins intensifs ? » dit Dahine.

« Je sais que c’est dans l’esprit de beaucoup de gens, mais je pense qu’il y a encore beaucoup de choses que nous pouvons essayer de faire avant d’en arriver là. »

Source : www.cbc.ca

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

Les Maple Leafs profitent de l’élan précoce de la victoire contre les Islanders pour clore un road trip de 6 matchs

Morgan Rielly a inscrit un but et une aide, Petr Mrazek a stoppé 25 tirs et les Maple Leafs de Toronto ont battu les...

Draisaitl ouvre les vannes, les Oilers sortent de la misère

Leon Draisaitl a marqué quatre points, dont le but vainqueur, et le défenseur Evan Bouchard a marqué deux fois dans...

Allergique au froid… pour de vrai

Une adolescente doit redoubler de vigilance lorsqu'elle sort car elle a développé...

Visages de notre histoire : William Notman, Saisir Montréal

De l'Ecosse à Montréal William Notman met les pieds à...

Les Sénateurs perdent une avance de 2 buts dans la dernière période, tombent aux mains des Capitals en prolongation pour une 3e défaite consécutive

Alex Ovechkin a marqué ses 28e et 29e buts de la saison en troisième période, Nicklas Backstrom a bondi sur un revirement pour amener...

Canadien : Primeau récupère | Le Journal de Montréal

Il n'y a pas de victoire morale dans la LNH. Mais...

Vous pourriez aimer

Les Maple Leafs profitent de l’élan précoce de la victoire contre les Islanders pour clore un road trip de 6 matchs

Morgan Rielly a inscrit un but et une aide, Petr Mrazek a stoppé 25 tirs et les Maple Leafs de Toronto ont battu les...

Draisaitl ouvre les vannes, les Oilers sortent de la misère

Leon Draisaitl a marqué quatre points, dont le but vainqueur, et le défenseur Evan Bouchard a marqué deux fois dans...

Allergique au froid… pour de vrai

Une adolescente doit redoubler de vigilance lorsqu'elle sort car elle a développé...

Visages de notre histoire : William Notman, Saisir Montréal

De l'Ecosse à Montréal William Notman met les pieds à...