-15.9 C
Montréal
23 janvier 2022 04:09
Accueil Actualité Le chef du meurtre brutal qui a choqué le Québec se présente...

Le chef du meurtre brutal qui a choqué le Québec se présente devant la Commission des libérations conditionnelles

Nous suivre


Liens du fil d’Ariane

« Ma préoccupation concerne la sécurité publique. Je ne veux pas (Marcel Blanchette) faire du mal à d’autres personnes », a déclaré Marcel Bolduc, père d’Isabelle Bolduc, qui a été violée et tuée par Blanchette en 1996.

Auteur de l’article :

Paul Cherry •

06 janv. 2022 • il y a 10 minutes • 3 minutes de lecture • Rejoignez la conversation Marcel Bolduc (vu en 1997) affrontera le tueur de sa fille Isabelle Bolduc lors d’une audience de libération conditionnelle le 12 janvier. Photo de Perry Beaton

Contenu de l’article

Marcel Bolduc ne sait pas ce qu’il ressentira la semaine prochaine lorsqu’il affrontera l’homme qui a tué sa fille.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Isabelle Bolduc, une étudiante de 22 ans, a été enlevée, violée et tuée à Sherbrooke il y a plus de 25 ans. En raison de COVID-19, au lieu de pouvoir affronter Marcel Blanchette lorsque le tueur condamné de 74 ans se présentera devant la Commission des libérations conditionnelles du Canada le 12 janvier, Bolduc lira une déclaration par vidéoconférence le reliant à un pénitencier fédéral À 200 kilomètres de Ste-Anne-des-Plaines, où Blanchette purge sa peine d’emprisonnement à perpétuité pour meurtre au premier degré.

«Je ne sais pas comment cela se passera», a déclaré Bolduc lorsqu’on lui a demandé ce qu’il pourrait ressentir la semaine prochaine lorsque lui et sa fille Julie demanderont à la Commission des libérations conditionnelles de rejeter la demande de Blanchette de sortir sous escorte du pénitencier afin qu’il puisse rendre visite à sa famille. . « J’ai essayé au fil du temps d’être détaché de mes émotions (dans des situations comme celle dans laquelle il sera la semaine prochaine), mais c’est difficile. Nous voyons les choses différemment au fil du temps. Pour moi, Blanchette ne partira que dans un sac mortuaire.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

« Ce n’est pas à nous de prendre cette décision, mais ma préoccupation concerne la sécurité publique. Je ne veux pas qu’il fasse du mal aux autres. C’est ce qui me dérange. »

Isabelle Bolduc a été tuée le 30 juin 1996 par Blanchette et Jean-Paul Bainbridge, 51 ans, qui purge également une peine d’emprisonnement à perpétuité pour le meurtre. Bainbridge a admis devant le tribunal qu’il avait enlevé Bolduc tôt le matin du 29 juin 1996, après qu’il eut discuté avec Blanchette de la possibilité de violer une femme ensemble.

Elle a été violée à plusieurs reprises dans l’appartement de Blanchette à Sherbrooke par les deux hommes sous le regard d’un troisième, Guy Labonté. Après avoir subi ce qu’un juge a décrit plus tard comme « 18 heures de terrorisme verbal, physique et psychologique », elle a été forcée de monter dans une voiture. Bainbridge a conduit pendant que Blanchette a enroulé son bras autour du cou de Bolduc et l’a étranglée. Les deux hommes lui ont frappé la tête avec un tuyau en métal avant que Bainbridge ne traîne son corps dans une zone boisée, où il a été découvert une semaine plus tard.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Bainbridge a plaidé coupable de meurtre au deuxième degré. Lors de son témoignage lors de son audience sur la détermination de la peine, il a déclaré qu’il ne savait pas que Blanchette avait l’intention de tuer Bolduc.

L’homicide a provoqué une onde de choc partout au Québec, surtout lorsqu’il a été révélé que Blanchette et Labonté, qui ont finalement plaidé coupables à la séquestration, étaient en liberté conditionnelle lorsque Bolduc a été enlevé.

Un an avant de tuer Bolduc, Blanchette a obtenu la libération conditionnelle totale tout en purgeant une peine combinée de 32 ans pour une série de crimes qu’il a commencé à commettre en 1979. La peine a augmenté alors que Blanchette a continué à récidiver pendant sa libération conditionnelle.

Environ une semaine après avoir tué Bolduc, Blanchette a enlevé et agressé sexuellement une autre femme de Sherbrooke. Il a été arrêté à Montréal après qu’un policier a repéré la voiture de la femme enlevée et l’a trouvée avec Blanchette dans une cabine téléphonique à proximité.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Marcel Bolduc a déclaré que la femme lira également une déclaration lors de l’audience de Blanchette la semaine prochaine.

«C’est très important», a déclaré Bolduc à propos de son besoin de rappeler à la Commission des libérations conditionnelles la douleur que Blanchette a causée. « Blanchette est une personne qui est derrière les barreaux depuis (la plupart des) 50 dernières années. Même s’il a 74 ans, il représente toujours un risque de danger sur le long terme. Son (casier judiciaire) est assez lourd.

Bolduc a dit qu’il doutait que Blanchette réussisse dans sa demande. Bolduc reçoit des mises à jour du Service correctionnel du Canada sur les progrès ou l’absence de progrès de Blanchette pendant son incarcération.

« Dans son plan correctionnel, la ‘possibilité d’être réinséré dans la société’ était en 1999 répertoriée comme faible. En octobre 2021, il a également été répertorié comme faible. Cela, pour moi, signifie qu’il est impossible (d’obtenir des congés). C’est aussi simple que ça. Pour moi, c’est impossible, car il est toujours un danger. Il s’est échappé deux fois dans le passé.

Bolduc a noté que Bainbridge a échoué dans deux demandes qu’il a faites pour des permissions sous escorte, en 2017 et 2018, même si ses agents de libération conditionnelle ont dit à la commission des libérations conditionnelles qu’il était prêt.

« (Bainbridge) a été refusé à deux reprises et son casier judiciaire ne ressemble en rien à celui de Blanchette », a déclaré Bolduc.

Labonté a écopé d’une peine de cinq ans de prison en 1997 lorsqu’il a plaidé coupable d’avoir participé à la séquestration de Bolduc.

pcherry@postmedia.com

  1. Marylène Lévesque a été tuée dans une chambre d'hôtel de Sainte-Foy le 22 janvier. Le libéré conditionnel Eustachio Gallese a été arrêté en lien avec la mort.

    L’inexpérience des membres de la Commission des libérations conditionnelles est un facteur possible du décès d’une femme : ex-membres

  2. Une capture d'écran des images d'une caméra de sécurité montre Jacques Groleau, qui a plaidé coupable d'agression sexuelle et a été condamné le 15 novembre 2011.

    « Risque inacceptable » : la commission des libérations conditionnelles révoque la libération d’un délinquant sexuel en série

Partagez cet article dans votre réseau social

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

En cliquant sur le bouton d’inscription, vous acceptez de recevoir la newsletter ci-dessus de Postmedia Network Inc. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription au bas de nos e-mails. Réseau Postmédia inc. | 365, rue Bloor Est, Toronto, Ontario, M4W 3L4 | 416-383-2300

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion vivant mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure de modération avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos directives de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.

Source : montrealgazette.com

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

Les Maple Leafs profitent de l’élan précoce de la victoire contre les Islanders pour clore un road trip de 6 matchs

Morgan Rielly a inscrit un but et une aide, Petr Mrazek a stoppé 25 tirs et les Maple Leafs de Toronto ont battu les...

Draisaitl ouvre les vannes, les Oilers sortent de la misère

Leon Draisaitl a marqué quatre points, dont le but vainqueur, et le défenseur Evan Bouchard a marqué deux fois dans...

Allergique au froid… pour de vrai

Une adolescente doit redoubler de vigilance lorsqu'elle sort car elle a développé...

Visages de notre histoire : William Notman, Saisir Montréal

De l'Ecosse à Montréal William Notman met les pieds à...

Les Sénateurs perdent une avance de 2 buts dans la dernière période, tombent aux mains des Capitals en prolongation pour une 3e défaite consécutive

Alex Ovechkin a marqué ses 28e et 29e buts de la saison en troisième période, Nicklas Backstrom a bondi sur un revirement pour amener...

Canadien : Primeau récupère | Le Journal de Montréal

Il n'y a pas de victoire morale dans la LNH. Mais...

Vous pourriez aimer

Les Maple Leafs profitent de l’élan précoce de la victoire contre les Islanders pour clore un road trip de 6 matchs

Morgan Rielly a inscrit un but et une aide, Petr Mrazek a stoppé 25 tirs et les Maple Leafs de Toronto ont battu les...

Draisaitl ouvre les vannes, les Oilers sortent de la misère

Leon Draisaitl a marqué quatre points, dont le but vainqueur, et le défenseur Evan Bouchard a marqué deux fois dans...

Allergique au froid… pour de vrai

Une adolescente doit redoubler de vigilance lorsqu'elle sort car elle a développé...

Visages de notre histoire : William Notman, Saisir Montréal

De l'Ecosse à Montréal William Notman met les pieds à...