-15.9 C
Montréal
23 janvier 2022 01:24
Accueil Actualité Le Collège a fait pression sur les étudiants pour qu'ils paient les...

Le Collège a fait pression sur les étudiants pour qu’ils paient les frais de scolarité plus tôt, quelques semaines seulement avant de demander la protection contre les créanciers

Nous suivre

Sehaj Sharma dit qu’il a commencé à soupçonner que son collège privé de Longueuil, au Québec, était en difficulté quand cela l’a soudainement poussé à payer des milliers de dollars en frais de scolarité un mois plus tôt que prévu.

Fin novembre, Sharma et ses camarades de classe ont eu des jours pour payer l’argent ou risquer d’être suspendus ou expulsés.

Il s’est précipité pour trouver près de 7 000 $.

« Ce n’est pas si facile de payer tous ces frais en trois ou quatre jours », a déclaré Sharma, une Indienne de 19 ans qui suivait le programme de spécialité en cabinet médical du collège.

Le collège, connu en français sous le nom de Collège de comptabilité et de secrétariat du Québec (CCSQ), offre une formation professionnelle dans des programmes tels que la comptabilité et le secrétariat. La plupart de ses étudiants viennent d’Inde.

Vendredi dernier, le collège, ainsi que deux autres collèges privés et une entreprise de recrutement d’étudiants, ont déposé une demande de protection contre les créanciers. Dans le dossier du tribunal, les collèges ont blâmé la pandémie de COVID-19 pour certains de leurs problèmes financiers.

Le paiement et les vacances d’hiver ont augmenté

Les étudiants qui ont fréquenté le CCSQ s’interrogent maintenant sur la véritable raison de la grande ruée vers le paiement anticipé de leurs frais de scolarité.

Dans un premier temps, le service des finances du CCSQ a dit aux étudiants le 21 novembre qu’ils avaient jusqu’au début janvier pour payer leurs frais.

Mais un courriel envoyé le 29 novembre, partagé avec CBC Montréal, a dit aux étudiants qu’ils avaient jusqu’au 3 décembre pour payer près de 7 000 $.

Le collège a déclaré qu’il ne pouvait pas proposer de prolongations ou de paiement par versements.

« Le défaut d’effectuer un paiement à la date d’échéance entraînera la suspension des privilèges d’un étudiant (tels que l’accès aux services aux étudiants), jusqu’à la suspension ou l’expulsion d’un programme d’études », indique le courriel.

Le collège étant maintenant fermé, les étudiants ne peuvent pas poursuivre leurs programmes. S’ils n’étudient pas, Immigration Canada leur a dit qu’ils n’avaient pas le droit de travailler. (Louis-Marie Philidor/CBC)

La demande d’argent a coïncidé avec un e-mail prolongeant les vacances d’hiver.

Les étudiants ont été informés que la pause commencerait le lendemain – le 30 novembre – en raison de préoccupations concernant la variante Omicron de COVID-19.

À l’origine, le CCSQ devait être fermé du 12 décembre au 10 janvier. La direction a assuré aux étudiants que leurs programmes ne seraient pas prolongés.

Mais lorsque les étudiants sont arrivés au collège le 10 janvier, les portes étaient verrouillées.

Sharma ne pouvait pas y croire et dit maintenant qu’il s’inquiète pour son avenir.

Enfant unique, Sharma est au téléphone avec ses parents à Patiala, une grande ville de l’État du Pendjab, dans le nord de l’Inde.

« Nous avons tout payé à temps et dans l’ordre », a déclaré Sharma, lasse, lors d’un entretien téléphonique.

Les étudiants internationaux paient entre 28 000 $ et 30 000 $ pour fréquenter les collèges sur une période de deux ans, soit trois à quatre fois ce qu’un étudiant canadien paie.

« Nous sommes toujours traités comme ça », a déclaré Sharma.

Frais de scolarité impayés, remboursements en millions

En plus du CCSQ, le Collège M de Montréal, le Collège CDE de Sherbrooke et la firme de recrutement Rising Phoenix International ont déposé une demande de protection contre les créanciers la semaine dernière.

Les collèges et la société de recrutement, sous le nom de RPI Group, appartiennent tous à la famille Mastantuono.

Joseph Mastantuono est le président des trois collèges.

La demande de protection contre les créanciers intervient un peu plus d’un an après que la province a commencé à enquêter sur plusieurs collèges privés, dont le M College et le CDE College, pour des pratiques de recrutement « douteuses » d’étudiants en Inde.

Les étudiants ont dû faire face à de longs délais pour faire approuver leur permis d’études par le gouvernement fédéral. Incapables de venir au Canada, de nombreux étudiants ont décidé de se retirer des collèges et de demander le remboursement de leurs frais de scolarité.

Joseph Mastantuono est président du CCSQ, Collège M à Montréal, Collège CDE à Sherbrooke. Sa famille est propriétaire du groupe RPI. (Joseph Mastantuono/LinkedIn)

En décembre, CBC News a rapporté que des dizaines d’étudiants en Inde attendaient toujours le remboursement de leurs frais de scolarité.

Le dépôt au tribunal la semaine dernière a créé encore plus d’incertitude et de stress.

Selon la demande de protection contre les créanciers, les frais de scolarité impayés et les demandes de remboursement de 633 étudiants contre le groupe RPI sont estimés à près de 6,4 millions de dollars. Le document indique qu’il pourrait y avoir 5 millions de dollars supplémentaires de réclamations potentielles de la part de centaines d’autres étudiants qui n’ont pas encore obtenu leur visa d’étudiant.

Maintenant que les écoles sont fermées, les étudiants qui étudiaient ici ne peuvent pas continuer leurs programmes. S’ils n’étudient pas, leur a dit Immigration Canada, ils n’ont pas le droit de travailler.

« Qu’est-ce que je suis censé faire maintenant ? a déclaré Dev Sharma, un camarade de classe de Sehaj au CCSQ. Les étudiants ont 150 jours pour s’inscrire dans une autre école, mais Sharma dit qu’il a déjà payé 21 000 $ au collège.

« C’est très difficile parce que c’étaient les économies de toute une vie de mes parents et ils ont travaillé pendant tant d’années pour me donner une meilleure éducation, et maintenant tout d’un coup, tout a disparu », a déclaré Sharma.

Le jeune homme de 19 ans doute qu’il puisse un jour récupérer son argent.

« Je n’ai littéralement, presque aucun espoir. »

Lui et sa famille pensaient que le collège était un endroit sûr pour étudier, non seulement parce qu’il se trouvait au Canada, mais parce qu’il était reconnu comme un DLI, ou un établissement d’enseignement désigné, approuvé par la province.

Un certain nombre d’étudiants indiens qui ont payé des milliers de dollars pour fréquenter le M College à LaSalle, au Québec, disent qu’ils n’ont toujours pas été remboursés, même s’ils n’ont pas pu y assister en raison de problèmes d’obtention de permis d’études. (Simon Martel/Radio-Canada)

Absence de recours

Dev et Sehaj se sont tous deux plaints auprès du ministère de l’Enseignement supérieur, mais n’ont toujours rien entendu en retour.

Dans un courriel, le porte-parole Bryan St-Louis a déclaré que des représentants des collèges, ainsi que leurs avocats, avaient rencontré des représentants du ministère le 5 janvier pour leur dire qu’ils avaient l’intention de déposer une demande de protection contre les créanciers.

Il a déclaré que le ministère surveillait de près la situation, mais que tout remboursement dépendrait du processus de restructuration, qui est supervisé par le cabinet comptable Richter Advisory Group Inc.

Les questions au président du CCSQ, Joseph Mastantuono, ont été transmises au groupe Richter, qui a refusé de commenter, affirmant que l’affaire était maintenant devant les tribunaux.

« C’est comme un réseau juridique qu’ils ont formé pour se protéger », a déclaré Dev Sharma.

Source : www.cbc.ca

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

Tyler à la manière de Todd

Tyler Bertuzzi s'est engagé dans une furieuse bagarre avec Matt Benning après que ce dernier ait été plutôt généreux avec...

Bouchard et Draisaitl marquent deux buts pour aider les Oilers à vaincre les Flames, enchaînent 7 défaites consécutives

Leon Draisaitl a inscrit deux buts et deux aides et Evan Bouchard a marqué deux buts alors que les Oilers d'Edmonton sont revenus de...

La pression est forte sur Montréal

Le poids de la pandémie est particulièrement lourd à Montréal, où près...

Le PQ veut un gel des tarifs des compagnies d’État pour 2022

Le Parti québécois demande au gouvernement de geler les tarifs des entreprises...

Dans la salle des Canadiens : un bon gardien de but alimente l’amélioration post-Hughes

Liens du fil d'Ariane Des sports LNH Canadiens de Montréal ...

Nouveau style à la présidence du conseil municipal

La nouvelle figure d'autorité à l'hôtel de ville, que les citoyens de...

Vous pourriez aimer

Tyler à la manière de Todd

Tyler Bertuzzi s'est engagé dans une furieuse bagarre avec Matt Benning après que ce dernier ait été plutôt généreux avec...

Bouchard et Draisaitl marquent deux buts pour aider les Oilers à vaincre les Flames, enchaînent 7 défaites consécutives

Leon Draisaitl a inscrit deux buts et deux aides et Evan Bouchard a marqué deux buts alors que les Oilers d'Edmonton sont revenus de...

La pression est forte sur Montréal

Le poids de la pandémie est particulièrement lourd à Montréal, où près...

Le PQ veut un gel des tarifs des compagnies d’État pour 2022

Le Parti québécois demande au gouvernement de geler les tarifs des entreprises...