-13.9 C
Montréal
18 janvier 2022 11:57
Accueil Actualité Le Québec aurait pu faire plus pour éviter la dernière crise du...

Le Québec aurait pu faire plus pour éviter la dernière crise du COVID-19, selon les experts

Nous suivre


Liens du fil d’Ariane

Réduire l’isolement de 10 jours à cinq n’a de sens que si diverses mesures sont mises en place – les mêmes que celles que les experts demandent depuis des mois.

Auteur de l’article :

Katelyn Thomas • Spécialiste des maladies infectieuses du Centre universitaire de santé McGill et chercheur de McGill Dr Donald C. VInh. Photo de courtoisie CUSM

Contenu de l’article

Près de deux ans après le début de la pandémie, les experts de la santé au Québec demandent toujours au gouvernement de fournir à la population les ressources qu’elle réclame depuis le début : masques N95, meilleure ventilation, tests rapides et déploiement plus rapide des vaccins.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Ceux-ci sont particulièrement impératifs, selon les experts, étant donné la récente décision du Québec de laisser les personnes infectées sortir de l’isolement (sous certaines conditions) après cinq jours – contre 10 – à peine une semaine après avoir annoncé un verrouillage et un couvre-feu à l’échelle de la province au milieu de la montée en flèche du COVID-19 cas et hospitalisations.

Le Dr Donald Vinh, spécialiste des maladies infectieuses et microbiologiste médical au Centre universitaire de santé McGill, a déclaré que la période d’isolement réduite aurait plus de sens si elle dépendait d’un test rapide négatif, du port de masques N95 et d’une ventilation adéquate par endroits. ces gens visiteraient.

« Ma préoccupation est que les provinces ont suivi le plan original (des Centers for Disease Control and Prevention) qui est isolé pendant cinq jours et qu’il n’y a pas de politique de test de retour », a-t-il déclaré. «Au Québec, c’est peut-être parce qu’il n’y a pas de tests rapides à offrir, mais compromettre la sécurité à cause d’un manque de planification n’est vraiment pas une stratégie acceptable.»

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Lorsqu’il a annoncé les nouvelles directives mardi, le ministère de la Santé a déclaré qu’il envisageait de rendre obligatoires les tests rapides négatifs pour que les personnes sortent de l’isolement, mais a admis qu’il ne pouvait pas le faire tant que les Québécois ne les auraient pas obtenus. Beaucoup ont signalé des heures d’attente dans les pharmacies pour les tests, parfois en vain. Le ministère a également annoncé qu’il limitait les tests PCR aux groupes prioritaires, laissant le public autogérer les cas suspects de COVID-19.

Mercredi, l’Association québécoise des pharmaciens propriétaires a annoncé qu’elle s’attend à recevoir plus de tests rapides dès la semaine prochaine et, Jean-Yves Duclos, le ministre fédéral de la Santé, a déclaré que 140 millions de tests seront distribués aux provinces en janvier.

Mais jusqu’à ce que les tests soient entre les mains des Québécois, laisser les gens sortir tôt de l’isolement est une décision controversée.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

« Il existe un risque substantiel de transmission continue dans la communauté qui pourrait être vraiment raccourci ou minimisé par des tests rapides », a déclaré Vinh.

Benoît Mâsse, professeur de santé publique à l’Université de Montréal qui travaille sur les projections pour l’Institut provincial de santé publique (INSPQ), a pour sa part déclaré que les mesures sont un compromis pour maintenir les services essentiels.

« La règle n’est absolument pas parfaite », a déclaré Mâsse. «Nous allons prendre des risques que les gens après cinq ou sept jours soient toujours contagieux, mais si nous sommes trop sévères, nous allons commencer à avoir des pannes majeures car les gens seront pour la plupart isolés pendant les deux, trois prochaines semaines. Ensuite, nous aurons des problèmes à faire les choses de base d’avoir des chauffeurs de bus, d’avoir des gens qui travaillent à l’épicerie.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Le Dr Kim Lavoie, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en médecine comportementale et professeur de psychologie de l’Université du Québec à Montréal, a déclaré qu’une partie cruciale du respect des règles COVID-19 – et les Québécois s’y sont largement conformés au cours des deux dernières années – est la compréhension de la décision -fabrication. Cela permet également aux gens de prendre des décisions par eux-mêmes, a-t-elle déclaré.

« Les gouvernements, soyons réalistes, ils essaient de plaire à tout le monde et ils doivent s’occuper de l’économie autant que de la santé publique – mais vous ne pouvez pas avoir une économie florissante à moins d’avoir une population en bonne santé », Lavoie mentionné. «Vous demandez aux gens de faire d’énormes sacrifices, nous sommes de retour dans une situation de couvre-feu, de verrouillage et ils se vantent d’avoir certaines des mesures les plus strictes du pays, du monde, et pourtant nous continuons d’avoir les pires taux. Ce que cela me dit, en tant que spécialiste du comportement, c’est qu’ils ne correspondent pas à la solution au problème. »

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Les mesures de verrouillage actuelles sont nécessaires, a déclaré Lavoie, mais uniquement parce que le Québec a continuellement choisi la réaction plutôt que la prévention. Maintenant, elle a déclaré que cela sonnait l’alarme tout en rendant les citoyens incapables de faire leur part (au-delà de la minimisation des contacts), sans accès aux tests PCR ou aux masques N95 et avec un accès retardé aux tests rapides et aux boosters.

« Si vous voulez avoir la recette d’un désastre en santé mentale, vous créez la panique et un sentiment d’urgence chez les gens et vous ne leur donnez pas les outils dont ils ont besoin pour résoudre ces problèmes », a déclaré Lavoie. « Il y a une tonne de choses que nous n’aurions pas pu prévoir, mais toutes ces choses que nous aurions pu planifier car nous avons près de deux ans de données… et tout ce qui se passe en Europe arrive à notre porte dans les six à huit semaines. Et si notre gouvernement ne l’a pas appris, c’est qu’il n’y a pas prêté attention.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Le Dr André Veillette, immunologiste à l’Institut de recherche clinique de Montréal, a déclaré que la situation actuelle du Québec – avec un nombre de cas et des hospitalisations sans précédent qui devrait atteindre des niveaux ingérables de façon imminente – découle du fait que le gouvernement fonde ses espoirs sur les deux premières doses de vaccin. .

Il aurait plutôt dû doter les Québécois de moyens de protection grâce à la ventilation, de meilleurs masques, des tests rapides et des boosters. Ensuite, lorsqu’il y a des poussées, cela peut ajouter plus de mesures.

« C’est ce qu’est la recette », a déclaré Veillette. « Le gouvernement se retourne maintenant comme des poulets sans tête. Ils devraient juste se rappeler que ce sont les principes de base, c’est ce qu’ils doivent faire.

Parce qu’il dépendait fortement de deux doses de vaccin pour le sortir de la pandémie, le Québec n’était pas prêt pour la variante Delta ou la variante Omicron, a déclaré Veillette.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

« Nous avons surestimé notre main », a-t-il déclaré. « Et le virus n’a pas de cerveau, donc vous ne pouvez pas essayer de penser comme le virus. Le virus ne pense pas. Nous avons surestimé notre main et nous nous sommes fait avoir par quelque chose sans cerveau.

kthomas@postmedia.com

twitter.com/katelynthomas

  1. Une file d'attente se forme au site de vaccination COVID-19 de l'avenue du Parc à Montréal le lundi 3 janvier 2022.

    Mises à jour COVID-19, 4 janvier : période d’isolement réduite de moitié pour les Québécois vaccinés

  2. Des gens font la queue sur un site de test COVID-19 de l'avenue du Parc à Montréal, le lundi 3 janvier 2022.

    Mises à jour COVID en direct: les écoles québécoises « assez confiantes » de Roberge rouvriront le 17 janvier


  3. Omicron présente des défis uniques pour les hôpitaux du Québec

  4. Une enquête a été déclenchée lorsque des reportages dans les médias circulaient sur des passagers se comportant de manière inappropriée sur un vol Sunwing Airlines de Montréal à Cancun, au Mexique.

    Un groupe de Québécois chahuteurs en vol pour Cancun « idiots », dit Trudeau

Retrouvez toutes nos actualités liées au coronavirus sur montrealgazette.com/tag/coronavirus .

Pour de l’information sur les vaccins au Québec, appuyez ici .

Inscrivez-vous à notre newsletter par e-mail dédiée à la couverture COVID-19 locale à l’adresse montrealgazette.com/coronavirusnews .

Aidez à soutenir notre journalisme local en abonnement à la .

Partagez cet article dans votre réseau social

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

En cliquant sur le bouton d’inscription, vous acceptez de recevoir la newsletter ci-dessus de Postmedia Network Inc. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription au bas de nos e-mails. Réseau Postmédia inc. | 365, rue Bloor Est, Toronto, Ontario, M4W 3L4 | 416-383-2300

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion vivant mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure de modération avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos directives de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.



Source : montrealgazette.com

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

La pandémie de COVID-19 « est loin d’être terminée », selon le patron de l’OMS

La pandémie de COVID-19 "est loin d'être terminée", a prévenu mardi le...

Le Canada classé 6e pays le plus misérable par un groupe de réflexion

Les taux d'inflation et de chômage élevés du Canada l'ont classé parmi les pays les plus « misérables » au monde, selon un groupe...

L’Île-du-Prince-Édouard transforme des pommes de terre en direction d’une usine de frites en Alberta

Une entreprise de l'Î.-P.-É. a négocié une entente pour envoyer jusqu'à 700 chargements de semi-remorques de pommes de terre de transformation excédentaires de l'Î.-P.-É....

Kent Hughes est le nouveau directeur général du Canadian

Les Canadiens de Montréal ont mis fin au suspense : Kent Hughes...

Rentrée des classes : les enseignants manifestent pour déplorer l’assouplissement des mesures sanitaires

Une dizaine d'enseignants de l'école secondaire Cavalier de LaSalle se sont réunis...

Vous pourriez aimer

La pandémie de COVID-19 « est loin d’être terminée », selon le patron de l’OMS

La pandémie de COVID-19 "est loin d'être terminée", a prévenu mardi le...

Le Canada classé 6e pays le plus misérable par un groupe de réflexion

Les taux d'inflation et de chômage élevés du Canada l'ont classé parmi les pays les plus « misérables » au monde, selon un groupe...

L’Île-du-Prince-Édouard transforme des pommes de terre en direction d’une usine de frites en Alberta

Une entreprise de l'Î.-P.-É. a négocié une entente pour envoyer jusqu'à 700 chargements de semi-remorques de pommes de terre de transformation excédentaires de l'Î.-P.-É....