-23.8 C
Montréal
27 janvier 2022 07:21
Accueil Actualité Les locataires âgés reçoivent un court préavis d'une augmentation de 43% du...

Les locataires âgés reçoivent un court préavis d’une augmentation de 43% du loyer

Nous suivre

Les locataires d’un autre immeuble d’appartements au Nouveau-Brunswick, dont plusieurs résidents âgés, font face à des augmentations de loyer à deux chiffres qu’un nouveau propriétaire tente d’imposer deux fois plus rapidement que le Nouveau-Brunswick le permet.

Irene Murphy, 82 ans, vit depuis 10 ans dans l’immeuble de 45 unités situé au 35, rue McKnight, du côté nord de Fredericton.

Elle a reçu une lettre le 31 décembre indiquant que son loyer augmenterait de 390 $, à 1 300 $ par mois, le 1er avril. C’est une augmentation de 43 pour cent Murphy dit qu’elle et plusieurs de ses voisins, qui ont reçu des avis similaires, ne peuvent pas Pouvoir payer.

« Oh mon Dieu, ils sont tellement bouleversés, car beaucoup d’entre eux touchent strictement la pension de vieillesse et la pension du Canada pour certains d’entre eux, et ils n’ont donc pas beaucoup de revenus », a déclaré Murphy.

Elle a dit qu’un de ses amis, qui habite dans le même immeuble, lui a dit que l’augmentation de loyer la laisserait à court.

« Elle m’a dit hier qu’au moment où elle a payé tout ce qu’elle avait à payer avec cette augmentation de loyer – et c’est sans épicerie – il lui restera 85 $. »

Murphy et ses amis se joignent à une liste croissante de locataires dans un certain nombre d’immeubles du Nouveau-Brunswick confrontés à un choix entre de fortes hausses de loyer et la recherche de nouveaux logements pendant l’une des pires vagues de la pandémie de COVID-19.

Il y a 45 appartements au 35, rue McKnight à Fredericton. L’immeuble a été vendu en novembre à une entreprise d’Halifax pour un peu moins de 6,7 millions de dollars. (Joe MacDonald/CBC News)

Immeuble acheté en novembre pour 6,7 millions de dollars

L’immeuble de Murphy a été acheté en novembre par une société à numéro basée à Halifax pour 6,675 millions de dollars, soit 67 % de plus que sa valeur estimée.

CBC News n’a pas pu joindre le président de l’entreprise, Sean Kearney, à son adresse de bureau à Bedford, en Nouvelle-Écosse. Kearney se présente comme un investisseur immobilier avec Next Level Properties sur LinkedIn.

Selon cette liste, Next Level Properties rassemble des investisseurs à la recherche de retours sur l’achat de biens immobiliers de qualité inférieure.

« De Trash à Cash, nous faisons équipe avec des professionnels occupés qui n’ont pas de temps libre et recherchent un revenu supplémentaire pour aider à la retraite, aux obligations familiales ou à la liberté de faire ce qu’ils veulent en leur fournissant une trésorerie mensuelle », lit-on dans la description de la stratégie d’investissement du groupe.

Selon les dossiers immobiliers, au moins 21 investisseurs de l’Alberta et de l’Ontario contribuent au financement de l’immeuble de Fredericton en échange de paiements d’intérêts sur leur argent de 11 pour cent cette année.

Le nouveau propriétaire a fait appel à K Squared Property Management de Moncton pour exploiter l’immeuble, et c’est K Squared qui a remis l’avis d’augmentation de loyer.

Dans sa lettre aux locataires du 31 décembre, K Squared a déclaré que la hausse des loyers commencerait dans trois mois, le 1er avril, bien que le Nouveau-Brunswick ait adopté de nouvelles règles à la mi-décembre qui exigent que les locataires reçoivent un préavis de six mois avant les augmentations dans la plupart des cas.

Jael Duarte, un défenseur de la Coalition pour les droits des locataires du Nouveau-Brunswick, s’efforce de faire annuler les augmentations de loyer de la rue McKnight à Fredericton pour un préavis insuffisant. (Coalition pour les droits des locataires du N.-B.)

« Nous nous excusons pour tout inconvénient que cela pourrait causer et nous apprécions votre compréhension et votre coopération dans cette affaire », lit-on dans la lettre aux locataires.

Il n’était pas clair si K Squared était au courant des nouvelles exigences en matière de préavis ou les avait ignorées. L’entreprise n’a pas répondu à une demande de CBC à ce sujet.

Les nouvelles règles de loyer sont claires, selon Service Nouveau-Brunswick

L’agence Services Nouveau-Brunswick comprend le Tribunal de la location à usage d’habitation, qui surveille les problèmes des locataires et des propriétaires. Dans un courriel, Jennifer Vienneau, directrice des communications de Service Nouveau-Brunswick, a déclaré que les nouvelles règles concernant les avis d’augmentation de loyer sont en vigueur depuis le 17 décembre et sont claires.

« Des modifications législatives récentes à la Loi sur la location à usage d’habitation stipulent désormais que les propriétaires doivent fournir un préavis d’au moins six mois avant d’imposer une augmentation de loyer », a écrit Vienneau.

« Ces modifications législatives s’appliquent à tous les contrats de location, y compris ceux signés avant la modification de la loi, et aux locations à la semaine, au mois et à l’année.

Jael Duarte, avocate de Fredericton et défenseure de la Coalition pour les droits des locataires du Nouveau-Brunswick, a déclaré qu’elle avait été contactée par certains des résidents de la rue McKnight et qu’elle travaillait sans frais pour que le préavis de trois mois qui leur avait été donné soit annulé et réémis.

Duarte ne sait pas pourquoi un avis inapproprié a été donné aux locataires de McKnight Street.

« L’ignorance de la loi n’est pas une excuse », a-t-elle déclaré. « Et ce sont des propriétaires. Ils doivent savoir que c’est un acte de négligence de leur part d’envoyer un préavis de trois mois. »

Quoi qu’il en soit, a déclaré Duarte, l’avis a « effrayé » de nombreuses personnes dans le bâtiment.

Si de nouveaux avis de six mois doivent être émis en janvier, cela pourrait donner aux résidents jusqu’au 1er août avant que des augmentations de loyer puissent être imposées.

Cependant, Duarte a déclaré que cela ne résoudrait pas le problème plus vaste des locataires âgés qui se voient retirer le prix de leur logement sans aucune idée de l’endroit où aller.

« C’est vraiment, vraiment injuste pour les gens au milieu d’Omicron de devoir sortir pour chercher un endroit », a-t-elle déclaré. « Ils sont clairement indépendants. Ils vivent seuls. Ils n’ont pas besoin d’infirmières, ils n’ont pas besoin d’aide. Mais ils ne pourront pas payer [more rent], cela va donc changer leur vie. »

Tayfun Orkus, 83 ans, a reçu un avis d’augmentation de loyer de 55 % le mois dernier pour son appartement de la rue Shore à Fredericton. Les chercheurs affirment que les personnes âgées qui louent au Nouveau-Brunswick sont de plus en plus vulnérables au prix de vente de leur maison. (Ed Hunter/CBC News)

La précarité du logement, un problème croissant pour les seniors

Des chercheurs du Nouveau-Brunswick ont ​​commencé à s’inquiéter de l’effet que les fortes augmentations de loyer ont sur les personnes âgées.

Dans une entrevue le mois dernier, Julia Woodhall-Melnik, professeure agrégée et directrice du laboratoire pour le logement et la santé mentale de l’Université du Nouveau-Brunswick, a déclaré que l’insécurité du logement chez les locataires âgés est un problème croissant.

Elle a déclaré qu’avec les personnes âgées dans une enquête que le laboratoire mène actuellement, « nous voyons vraiment qu’elles sont très vulnérables ».

« Il n’y a pas grand-chose pour les aider », a déclaré Woodhall-Melnik. « C’est vraiment problématique. »

Certaines provinces limitent le montant pouvant être facturé aux locataires. Par exemple, le 1er janvier, l’Ontario a annoncé que les augmentations de loyer pour les locataires seront limitées à 1,2 % en 2022, légèrement inférieure au plafond de 2 % de la Nouvelle-Écosse.

Mais au Nouveau-Brunswick, le premier ministre Blaine Higgs a fait valoir que de tels contrôles sur les loyers découragent l’investissement dans de nouveaux logements. La province a plutôt choisi d’allonger les délais de préavis et d’interdire plus d’une augmentation par année.

Irene Murphy a déclaré que les personnes âgées comme elle et ses amis pourraient utiliser plus de protections qu’elles n’en ont actuellement.

« Je pense vraiment qu’il devrait y avoir un plafond de loyer », a déclaré Murphy. « Et je ne pense pas que cela devrait être plus de cinq pour cent. »

Source : www.cbc.ca

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

COVID-19 : l’Angleterre a levé la plupart des restrictions

Londres | L'Angleterre remet ses masques et ses pass sanitaires :...

La curiosité du chat d’un garçon conduit au sauvetage d’une femme de 93 ans en détresse

Un adolescent de la Nouvelle-Écosse est félicité par une famille reconnaissante après qu'une rencontre fortuite avec un chat l'a amené à découvrir une femme...

En 2022, toutes les décisions sont politiques

Depuis le début de la pandémie, de nombreux débats ont occupé l'espace...

Ducks at Canadiens : cinq choses à savoir

Liens du fil d'Ariane Des sports LNH Canadiens de Montréal ...

Santé : c’est d’une reconstruction dont nous avons besoin

Entre les Québécois et leur système de santé et de services sociaux,...

Kramberger : L’abri chauffant de l’ouest de l’île pourrait être sans abri d’ici avril, pouvez-vous aider ?

Liens du fil d'Ariane Gazette de l'Ouest-de-l'Île Nouvelles locales ...

Vous pourriez aimer

COVID-19 : l’Angleterre a levé la plupart des restrictions

Londres | L'Angleterre remet ses masques et ses pass sanitaires :...

La curiosité du chat d’un garçon conduit au sauvetage d’une femme de 93 ans en détresse

Un adolescent de la Nouvelle-Écosse est félicité par une famille reconnaissante après qu'une rencontre fortuite avec un chat l'a amené à découvrir une femme...

En 2022, toutes les décisions sont politiques

Depuis le début de la pandémie, de nombreux débats ont occupé l'espace...

Ducks at Canadiens : cinq choses à savoir

Liens du fil d'Ariane Des sports LNH Canadiens de Montréal ...