-23.8 C
Montréal
27 janvier 2022 06:36
Accueil Actualité "Liberté, retour à la vie": un Canadien rentre chez lui après 15...

« Liberté, retour à la vie »: un Canadien rentre chez lui après 15 ans d’emprisonnement en Égypte pour espionnage

Nous suivre

Regardant par la fenêtre d’une chambre d’hôtel à Toronto, Joseph Attar est submergé par l’émotion. Après près de 15 ans enfermé dans une prison égyptienne, le froid des hivers canadiens est quelque chose qu’il n’était pas sûr de ressentir à nouveau.

« Je n’arrive pas à croire que je suis à la maison », a-t-il dit à travers les larmes. « Liberté, retour à la vie, retour à la vie. »

Attar – qui était à l’origine passé par Mohammed el-Attar avant de se convertir au christianisme – a atterri en toute sécurité à l’aéroport Pearson de Toronto vendredi matin. Il n’a pas remis les pieds au Canada depuis janvier 2007, date à laquelle il a été arrêté au Caire à l’âge de 31 ans, pendant ce qu’il a qualifié de vacances pour voir sa famille.

Aujourd’hui, à 45 ans, il est chez lui et se retrouve dans un monde très différent de ce dont il se souvenait il y a toutes ces années, ayant passé un tiers de sa vie derrière les barreaux. Sa mère et son père sont décédés depuis et il n’a aucun membre de sa famille au Canada.

« Imaginez-vous dans un océan très profond, vous ne pouvez pas reprendre votre souffle pendant 15 ans », a-t-il déclaré à CBC News à propos de son séjour en prison. « Tu meurs tous les jours. »

REGARDER | Joseph Attar sur son retour « à la vie » après avoir été emprisonné en Égypte :

Joseph Attar revient « à la vie » après près de 15 ans d’emprisonnement en Egypte

Joseph Attar, un Canadien emprisonné en Égypte depuis près de 15 ans, a atterri sans encombre à l’aéroport Pearson de Toronto vendredi matin. Le double citoyen canadien et égyptien a été arrêté après son arrivée au Caire en janvier 2007 alors qu’il disait être des vacances pour voir sa famille. 0:37

Accusés d’espionnage

Attar est né en Égypte mais a fui le pays pour se réfugier au Canada, affirmant qu’il était persécuté en raison de sa foi et parce qu’il était homosexuel. (Il est né dans une famille musulmane, mais s’est ensuite converti au christianisme.)

En 2007, Attar était un résident de Toronto et travaillait comme caissier de banque pour la CIBC.

Des responsables égyptiens ont affirmé qu’il avait utilisé sa position à la banque pour obtenir des informations sur divers comptes pour Israël, qui, selon eux, l’avaient recruté alors qu’il vivait en Turquie en 2001.

Son procès a débuté en février 2007 et en avril de la même année, il a été reconnu coupable et rapidement condamné à une peine de 15 ans de prison sur la base d’aveux qu’il a déclaré plus tard avoir faits sous la contrainte parce qu’il avait été torturé.

« J’ai subi des pressions psychologiques et physiques, pour que j’admette des choses que je n’ai pas dites et qui sont totalement à l’opposé de la vérité », a-t-il déclaré en 2007.

Vendredi, Attar a déclaré à CBC News que son calvaire avait commencé dès son arrivée à l’aéroport du Caire. Immédiatement, dit-il, il a été emmené dans un endroit qu’il a compris être une installation de renseignement égyptienne.

Là, dit-il, non seulement il a été menacé, mais des menaces ont été proférées contre sa famille, y compris ses frères dans l’armée égyptienne.

Lorsqu’on lui a demandé vendredi pourquoi il croyait être accusé d’espionnage, Attar a soutenu que l’accusation contre lui était « sans fondement », affirmant qu’il n’avait jamais violé sa position à la banque, ni « trompé » le Canada ou l’Égypte.

Attar arrive à son procès escorté par la police devant un tribunal du Caire le 28 février 2007. Il a été condamné en avril 2007 pour espionnage au profit d’Israël. (Nasser Nouri/Reuters)

Attar soutient qu’il a été torturé

L’essentiel de l’affaire égyptienne reposait sur les aveux qu’Attar et les groupes de défense des droits de l’homme ont affirmé avoir été torturés.

L’une des dernières choses qu’Attar a dites publiquement depuis sa cellule pendant son procès était qu’il avait été électrocuté et forcé à boire sa propre urine.

CBC News a rapporté en 2015 qu’Attar était détenu dans une cellule de trois mètres sur deux dans la prison égyptienne de Tora, connue pour ses conditions difficiles.

Bien qu’il ait été emprisonné pour ce qu’il considère comme de fausses allégations, il a déclaré à CBC News qu’il pardonne à ceux qui l’ont emprisonné.

« Le Seigneur m’a appris à faire quelque chose. J’ai pardonné à ceux qui m’ont mis en prison quelque chose que je n’ai jamais fait. Je leur pardonne à tous. »

« Je me suis senti négligé par mon gouvernement »

En 2015, Alex Neve, d’Amnesty International, a déclaré à CBC News que la foi et l’orientation sexuelle d’Attar le rendaient extrêmement vulnérable en Égypte.

« Il y a toutes les raisons du monde pour que le gouvernement canadien prenne cette affaire très au sérieux, et nous n’avons jamais vu aucune indication de cela », a déclaré Neve.

Attar a déclaré à CBC News qu’il estimait que les responsables consulaires avaient fait leur travail, mais que ses appels au gouvernement conservateur de Stephen Harper, alors premier ministre, étaient restés sans réponse.

« Je me sentais négligé par mon gouvernement… J’avais l’impression que le Canada est une grande nation, pour l’amour de Dieu, c’est l’un des pays du G7 au monde et il a l’un des passeports les plus respectables de tous les temps… Que se passe-t-il? »

Lorsque les libéraux ont pris le pouvoir en 2015, Attar dit avoir écrit directement au premier ministre Justin Trudeau. Quelques mois plus tard, il dit avoir reçu une réponse lui disant que le gouvernement travaillait pour l’aider à rentrer chez lui.

Puis, à peu près au moment du sommet du G20 au Japon en 2019, Attar dit avoir reçu des lettres du ministre canadien des Affaires étrangères concernant des réunions privées avec le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi, au cours desquelles ils ont discuté du cas d’Attar.

En 2011, Stuart Einer, producteur à la retraite de la CBC, a envoyé à Attar une lettre manuscrite par l’intermédiaire des services consulaires du Canada. Le couple a continué à s’écrire régulièrement pendant 11 ans. (Radio-Canada)

« Beaucoup de questions autour de cette affaire »

Au fil des ans, il y avait peu d’informations sur l’état du dossier d’Attar, a déclaré le producteur à la retraite de la CBC, Stuart Einer, avant le retour d’Attar.

En 2011, Einer a décidé d’envoyer à Attar une lettre manuscrite par l’intermédiaire des services consulaires du Canada. Les mois ont passé, jusqu’à ce que finalement Einer reçoive une lettre de retour. À partir de là, le couple a continué à s’écrire régulièrement – leurs échanges se sont poursuivis pendant 11 ans.

« Ses lettres étaient une combinaison de frustration de sentir que son cas n’était pris au sérieux par personne – que ce soit au gouvernement, en Égypte ou au Canada – et entrecoupées d’histoires de la vie quotidienne en prison », a déclaré Einer.

Jeudi soir, Einer a reçu une lettre des services consulaires avec un message d’Attar joint, disant qu’il avait été libéré.

« Il y a beaucoup, beaucoup de questions autour de cette affaire et de lui », a déclaré Einer, notant que toutes ces années plus tard, on n’en sait pas beaucoup plus sur l’affaire qu’il y a 15 ans.

« Le Canada peut mieux faire »

Majed El Shafie, fondateur et président de One Free World International, une organisation internationale de défense des droits humains basée à Toronto, faisait partie de ceux qui ont plaidé pour la libération d’Attar.

El Shafie est arrivé au Canada il y a 20 ans en tant que réfugié après avoir déclaré avoir lui aussi été emprisonné en Égypte et torturé pour ce qu’il dit être ses croyances chrétiennes.

Majed El Shafie, fondateur et président de One Free World International, une organisation internationale de défense des droits humains basée à Toronto, faisait partie de ceux qui ont plaidé pour la libération d’Attar. (Radio-Canada)

« Je sais exactement ce qu’il a traversé », a-t-il déclaré à propos de l’épreuve d’Attar. « Je connais sa douleur, je connais ses cicatrices. Je connais le traitement et je connais la persécution à laquelle il a été confronté. »

Avec Attar maintenant libéré, El Shafie a déclaré que lui et son organisation l’aidaient à reconstituer les morceaux de sa vie, notamment en lui trouvant un logement et un conseiller en traumatologie.

« Il a besoin de se tenir debout, il a besoin de trouver un travail, il a besoin de guérir … son âme et sa santé mentale. Il a besoin d’un village », a-t-il déclaré.

Pourtant, bien qu’il ait perdu toutes ces années en prison, El Shafie dit qu’Attar est l’un des plus chanceux, car les gens sont maintenant au courant de son calvaire. Il y a d’innombrables autres Canadiens dans les prisons du monde dont les histoires n’ont pas été entendues, a-t-il dit.

« Nous avons vu l’histoire des deux Michael, par exemple, et nous avons vraiment vu ce que la pression peut faire », a-t-il déclaré, faisant référence à Michael Spavor et Michael Kovrig, tous deux détenus en Chine en décembre 2018.

Si leurs histoires n’avaient pas fait la une des journaux, a-t-il ajouté, le public n’aurait jamais été au courant de leurs cas.

« Nous devons faire mieux que cela, le Canada peut faire mieux que cela. »

Source : www.cbc.ca

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

Kramberger : L’abri chauffant de l’ouest de l’île pourrait être sans abri d’ici avril, pouvez-vous aider ?

Liens du fil d'Ariane Gazette de l'Ouest-de-l'Île Nouvelles locales ...

Aaron Dell suspendu trois matchs

Le gardien de but des Sabres de Buffalo, Aaron Dell, a été...

iPolitics AM: la session du caucus pré-séance des conservateurs comprendra un briefing sur l’autopsie post-électorale

Les députés conservateurs sont sur le point d'avoir un premier aperçu de ce que la Presse canadienne décrit comme «un post mortem tant attendu»...

Plus de 200 nouvelles espèces découvertes dans la région du Mékong, selon le WWF

Bangkok | Les scientifiques ont découvert plus de 200 nouvelles espèces...

Les maires de l’Ouest-de-l’Île s’opposent à tout projet de fusion des postes de police

Liens du fil d'Ariane Gazette de l'Ouest-de-l'Île Nouvelles locales Une...

Entendez-vous le ballon du CAQ se dégonfler ?

François Legault, avec son équipe qui est loin d'être celle du Tonnerre,...

Vous pourriez aimer

Kramberger : L’abri chauffant de l’ouest de l’île pourrait être sans abri d’ici avril, pouvez-vous aider ?

Liens du fil d'Ariane Gazette de l'Ouest-de-l'Île Nouvelles locales ...

Aaron Dell suspendu trois matchs

Le gardien de but des Sabres de Buffalo, Aaron Dell, a été...

iPolitics AM: la session du caucus pré-séance des conservateurs comprendra un briefing sur l’autopsie post-électorale

Les députés conservateurs sont sur le point d'avoir un premier aperçu de ce que la Presse canadienne décrit comme «un post mortem tant attendu»...

Plus de 200 nouvelles espèces découvertes dans la région du Mékong, selon le WWF

Bangkok | Les scientifiques ont découvert plus de 200 nouvelles espèces...