-13.9 C
Montréal
18 janvier 2022 11:49
Accueil Actualité Non vaccinés et anti-vaccins, même combat ? Pas si vite

Non vaccinés et anti-vaccins, même combat ? Pas si vite

Nous suivre

« Les non vaccinés ne sont pas tous des anti-vaccins » : des experts dénoncent le « Contribution santé » que François Legault souhaite imposer aux adultes non vaccinésun groupe de la population qui est tout sauf homogène. Mais qui sont ces 10 % de Québécois non vaccinés ?

« On imagine des gens devant YouTube qui boivent de la bière en ruminant sur des théories du complot, mais c’est beaucoup plus complexe que ça », s’est indignée la présidente de Médecins pour le régime public du Québec (MQRP), Isabelle Leblanc. Selon elle, l’imposition d’une taxe sur les anti-vaccins représente un danger pour plusieurs catégories vulnérables de la population.

« Le gros problème quand on présente ces personnes comme un groupe homogène complètement déconnecté de la science, on oublie qu’il y a d’autres personnes et on n’essaye pas de les rejoindre », poursuit-elle.

PHOTO MARIO BEAUREGARD, AGENCE QMI

Exerçant la médecine dans le quartier Côte-des-Neiges à Montréal, Mme Leblanc parle du cas d’un patient qu’elle a rencontré cette semaine pour qui la simple prise de rendez-vous est un défi.

• Lire aussi : De la pandémie à l’endémie : qu’est-ce que cela signifie et comment y arriver ?

« Il n’a pas internet à la maison et il voulait prendre rendez-vous, mais en appelant Clic Santé, il n’a pas pu obtenir la ligne car l’attente a grignoté chaque minute de son forfait cellulaire », raconte-t-il. -elle. J’ai dû l’aider à prendre rendez-vous dans mon bureau. « 

Joël Lemay / Agence QMI

Les spécialistes rencontrés sont également unanimes : toutes les couches de la société sont représentées dans la population non vaccinée, et certaines d’entre elles sont aux prises avec des problèmes qui compliquent grandement leur vaccination.

« Démunis à bien des égards »

L’épidémiologiste Nimâ Machouf fait partie de ces experts qui pensent que la décision du gouvernement va aggraver la situation des personnes qui vivent déjà dans une situation précaire.

« Il y a des gens qui ne sont pas vaccinés parce qu’ils sont démunis à bien des égards : en santé mentale, en termes d’organisation sociale, etc. Ils ne sont pas capables de s’organiser pour se faire vacciner. Il y a une partie de ces personnes qui ne peuvent même pas concevoir que COVID existe. Ils sont ailleurs, déconnectés. Ils sont déjà sur le tapis. Pourquoi les taxerions-nous ? « 

Nima Machouf

Photo Agence QMI, Joël Lemay

Une préoccupation partagée par la coordonnatrice de La rue des femmes, un organisme qui vient en aide aux femmes itinérantes, Louise Waridel.

• Lire aussi : Avez-vous des symptômes d’un rhume? Il pourrait s’agir du COVID-19

• Lire aussi : Les moins de 30 ans devraient-ils recevoir une dose de Moderna ?

« Parfois, il y a des problèmes de santé mentale qui mettent les femmes dans une grande distorsion de la réalité », explique-t-elle. Ils imaginent que c’est du poison. Certains ne veulent pas se faire vacciner et nous ne savons tout simplement pas pourquoi.  »

Et parmi ceux qui sont ouverts à la vaccination, certains ne se rendront jamais à leur rendez-vous.

« Il y a beaucoup de choses qui sont faites pour atteindre la population des sans-abri. Je pense aux sites de vaccination mobiles, aide à la prise de rendez-vous. Mais il y a ceux pour qui cela ne suffit pas. Je pense aux consommateurs. Si l’appel à la drogue est trop important au moment du rendez-vous, il est possible que la personne décide de ne pas y aller », illustre-t-elle.

STEVE MADDEN / AGENCE QMI

Expérience traumatisante

Et parmi ceux qui refusent volontairement de se faire vacciner, les raisons varient. Ce n’est pas toujours une décision motivée par des théories du complot ou par le mouvement d’opposition aux mesures sanitaires.

Le père de Samuel Hary, 78 ans, n’est pas contre la vaccination. C’est plutôt l’expérience traumatisante vécue suite à l’administration de sa première dose qui le ralentit avant l’idée de retourner dans un centre de vaccination, explique son fils.

« Après avoir été vacciné, mon père a eu une embolie cardiaque et a été hospitalisé. Nous ne sommes même pas sûrs que ce soit le vaccin, mais l’expérience l’a vraiment refroidi pour la deuxième dose. Son cardiologue lui a recommandé de se faire vacciner, mais il lui a dit qu’il est possible qu’il ait encore des effets secondaires », explique-t-il.

Son père a décidé que le risque pour sa santé n’en valait pas la peine. Il préfère rester chez lui.

« Mon père habite à la campagne, il ne voit presque personne et il s’isole. Le risque d’avoir d’autres complications cardiaques est-il justifié ? Disons qu’il n’envisage pas de se faire vacciner de sitôt », dit-il.

Source : www.24heures.ca

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

Le Canada classé 6e pays le plus misérable par un groupe de réflexion

Les taux d'inflation et de chômage élevés du Canada l'ont classé parmi les pays les plus « misérables » au monde, selon un groupe...

L’Île-du-Prince-Édouard transforme des pommes de terre en direction d’une usine de frites en Alberta

Une entreprise de l'Î.-P.-É. a négocié une entente pour envoyer jusqu'à 700 chargements de semi-remorques de pommes de terre de transformation excédentaires de l'Î.-P.-É....

Kent Hughes est le nouveau directeur général du Canadian

Les Canadiens de Montréal ont mis fin au suspense : Kent Hughes...

Rentrée des classes : les enseignants manifestent pour déplorer l’assouplissement des mesures sanitaires

Une dizaine d'enseignants de l'école secondaire Cavalier de LaSalle se sont réunis...

Santé Canada approuve un nouveau traitement COVID

Politics Insider du 18 janvier : la Chine affirme sans fondement que le COVID est originaire du Canada ; Ottawa dit que les...

Vous pourriez aimer

Le Canada classé 6e pays le plus misérable par un groupe de réflexion

Les taux d'inflation et de chômage élevés du Canada l'ont classé parmi les pays les plus « misérables » au monde, selon un groupe...

L’Île-du-Prince-Édouard transforme des pommes de terre en direction d’une usine de frites en Alberta

Une entreprise de l'Î.-P.-É. a négocié une entente pour envoyer jusqu'à 700 chargements de semi-remorques de pommes de terre de transformation excédentaires de l'Î.-P.-É....

Kent Hughes est le nouveau directeur général du Canadian

Les Canadiens de Montréal ont mis fin au suspense : Kent Hughes...