-15.9 C
Montréal
23 janvier 2022 03:53
Accueil Actualité Que nous réserve 2022 : l'année de toutes les incertitudes ?

Que nous réserve 2022 : l’année de toutes les incertitudes ?

Nous suivre

S’il y a une certitude pour l’année 2022, c’est qu’il y aura de l’incertitude car un quatuor unique s’efforcera de gagner.

• Cas: Que nous réserve 2022 ?

« On ne sait pas comment l’économie va réagir et il faudra voir le lien entre un potentiel ralentissement économique dû au confinement, un taux d’inflation qui reste élevé, la pénurie de main-d’œuvre et la dette publique. », assure Mia Homsy, économiste et PDG de l’Institut du Québec, dans une entrevue avec Le journal.

La première chose à regarder est la situation sanitaire. Avec le nouveau confinement, un ralentissement n’est pas impossible et certains secteurs continueront de souffrir comme la restauration, le tourisme et les services à la personne.

« Contrairement à la première vague, les gouvernements sont lourdement endettés. Ils n’ont pas d’autre choix que d’aider ces secteurs, mais il faudra le faire de manière plus ciblée, car il ne faut pas sur-stimuler l’économie à cause de l’inflation, qui est déjà très élevée », estime-t-elle.

Initialement, les gouvernements et les banques centrales croyaient à une inflation temporaire, mais elle est désormais structurelle avec des chaînes d’approvisionnement prenant plus de temps à se rétablir et des problèmes liés aux pénuries de main-d’œuvre.

« Il y a un réel danger si l’inflation persiste, car les salaires vont commencer à augmenter, et il en va de même pour les prix. À ce moment-là, cela devient problématique et difficile de ralentir », estime l’économiste.

Balance délicate

Dans ce cocktail unique, les banques centrales n’ont pas 1000 solutions et peuvent être amenées à relever les taux d’intérêt.

« Les tarifs vont augmenter en 2022, c’est prévu. Mais en même temps, cela a un impact sur le service de la dette publique. Alors, voyez-vous, tout est lié. Il va falloir marcher sur un numéro d’équilibriste toute l’année et il n’y a pas de formule magique », conclut Mme Homsy.

Ce dernier s’attend toutefois à ce que certains secteurs continuent de performer pendant une pandémie, comme la fabrication, les technologies, la santé, l’immobilier et les services professionnels et bancaires.

LE PRIX DES MAISONS CONTINUERA D’AUGMENTER

La hausse anticipée des taux directeurs par la Banque du Canada ne devrait pas entraîner une baisse – même modérée – des prix de l’immobilier résidentiel au Québec en 2022. Le rythme de la construction de logements neufs et les faibles niveaux d’inscription sur le marché de la revente (baisse de 36 % de l’année dernière) maintiendront le marché « sous pression », prévient l’économiste Francis Cortellino, de la Société canadienne d’hypothèques et de l’hébergement.

À compter de mars, la Banque nationale prévoit cinq hausses de taux consécutives de 0,25 point de base. En réaction, son économiste en chef adjoint, Matthieu Arseneau, n’anticipe pas tant de ventes de feu, seulement le début du lent désintérêt des emprunteurs pour les crédits immobiliers à taux variable. À plus long terme, cependant, le tableau semble moins clair. Depuis 2000, le coût moyen du logement a augmenté de 168 % dans le pays, contre 50 % aux États-Unis. Depuis 1980, le niveau d’effort requis pour acquérir une propriété n’a jamais été aussi élevé.

EFFETS EXPLOSIFS DE LA PÉNURIE DE MAIN-D’UVRE

Avec plus de 194 195 postes vacants au deuxième trimestre, nos entreprises devront se démener pour conserver leurs effectifs.

« Je n’ai jamais eu autant de clients qui m’appelaient en mode d’urgence pour savoir combien donner en primes de rétention pour garder leurs employés », partage Anna Potvin, conseillère principale et directrice de pratique, rémunération, chez Normandin Beaudry. Les géants américains embaucheront encore plus de personnes pour télétravailler à 100 % avec nous. «Ça crée de la pression. Il y a aussi des gens, par exemple à Sherbrooke, qui vont postuler pour des postes en ville », explique-t-elle.

LE COT DE LA NOURRITURE ET DU CARBURANT À SUIVRE

En novembre 2021, l’inflation atteignait 5,2 % au Québec et 4,7 % au Canada.

Par conséquent, la hausse des prix à la consommation est la principale préoccupation de plus de deux Canadiens sur trois. Sur ce front, les prévisions ne sont pas très encourageantes. Pour faire l’épicerie, il en coûtera 1 000 $ de plus l’an prochain, une augmentation comprise entre 5 et 7 % selon les données de l’Université Dalhousie. Qui peut se vanter de pouvoir espérer une telle augmentation de salaire en 2022 ?

Le prix de l’essence joue un rôle important dans l’augmentation du coût de la vie. Au cours des premiers mois de la pandémie, le carburant avait sensiblement baissé, mais c’est de l’histoire ancienne. Les prix à la pompe ont depuis explosé, grimpant de 43,6% depuis novembre 2020, selon Statistique Canada. Et la poursuite du confinement continuera d’accentuer les pressions inflationnistes, estime l’économiste Mia Homsy.

« La consommation est largement focalisée sur les biens et moins sur les services à la personne. Si on déconfine, ça reviendra aux services, mais avec le confinement, la demande de biens reste très élevée. Cela met la pression », dit-elle.

LE COMMERCE DE DÉTAIL CONTINUE SON TOUR TECHNO

Les outils technologiques et l’intelligence artificielle prendront de plus en plus de place dans le monde du commerce de détail au cours des prochains mois, estime Yan Cimon, professeur de stratégie et de gestion à l’Université Laval.

« Tout ce qui facilitera le processus d’achat du consommateur. Tout ce qui l’aidera à prendre une décision est quelque chose qui risque d’être adopté par les détaillants », dit-il, y compris une augmentation des outils de réalité augmentée dans les magasins.

En raison du manque de main-d’œuvre, plusieurs entreprises devraient s’appuyer davantage sur les caisses en libre-service en 2022 et sur des applications de paiement autonomes et sans contrat. Couche-Tard teste ce type de technologie dans certains dépanneurs aux États-Unis ainsi que dans son magasin laboratoire au Québec. Depuis quelques mois, le géant du commerce de détail Walmart teste également un concept de magasin sans caissière au Québec.

Face à la croissance des ventes en ligne, les détaillants québécois devront continuer à développer des solutions pour apprendre à composer avec les géants du web comme Amazon.

Malgré cette croissance des achats en ligne, M. Cimon estime que le magasin de brique et de mortier a toujours sa pertinence. « Lorsque les consommateurs le peuvent, ils reviennent en magasin », dit-il, concédant cependant que le comportement d’achat a changé. Les consommateurs utilisent aujourd’hui l’expérience omnicanal.

Les détaillants seront également confrontés à des défis d’approvisionnement. Les problèmes de transport continueront.

– Avec Martin Jolicoeur

Source : www.journaldemontreal.com

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

Les Maple Leafs profitent de l’élan précoce de la victoire contre les Islanders pour clore un road trip de 6 matchs

Morgan Rielly a inscrit un but et une aide, Petr Mrazek a stoppé 25 tirs et les Maple Leafs de Toronto ont battu les...

Draisaitl ouvre les vannes, les Oilers sortent de la misère

Leon Draisaitl a marqué quatre points, dont le but vainqueur, et le défenseur Evan Bouchard a marqué deux fois dans...

Allergique au froid… pour de vrai

Une adolescente doit redoubler de vigilance lorsqu'elle sort car elle a développé...

Visages de notre histoire : William Notman, Saisir Montréal

De l'Ecosse à Montréal William Notman met les pieds à...

Les Sénateurs perdent une avance de 2 buts dans la dernière période, tombent aux mains des Capitals en prolongation pour une 3e défaite consécutive

Alex Ovechkin a marqué ses 28e et 29e buts de la saison en troisième période, Nicklas Backstrom a bondi sur un revirement pour amener...

Canadien : Primeau récupère | Le Journal de Montréal

Il n'y a pas de victoire morale dans la LNH. Mais...

Vous pourriez aimer

Les Maple Leafs profitent de l’élan précoce de la victoire contre les Islanders pour clore un road trip de 6 matchs

Morgan Rielly a inscrit un but et une aide, Petr Mrazek a stoppé 25 tirs et les Maple Leafs de Toronto ont battu les...

Draisaitl ouvre les vannes, les Oilers sortent de la misère

Leon Draisaitl a marqué quatre points, dont le but vainqueur, et le défenseur Evan Bouchard a marqué deux fois dans...

Allergique au froid… pour de vrai

Une adolescente doit redoubler de vigilance lorsqu'elle sort car elle a développé...

Visages de notre histoire : William Notman, Saisir Montréal

De l'Ecosse à Montréal William Notman met les pieds à...