-15.9 C
Montréal
23 janvier 2022 01:51
Accueil Actualité Rétrospective 2021 : Le débat linguistique crée des turbulences au Québec

Rétrospective 2021 : Le débat linguistique crée des turbulences au Québec

Nous suivre


Liens du fil d’Ariane

Alors que le projet de loi 96 a atterri avec un bruit sourd dans la communauté anglophone, certains nationalistes ont soutenu qu’il ne va pas assez loin.

Auteur de l’article :

Philip Authier • Le premier ministre François Legault et Simon Jolin-Barrette, ministre responsable de la langue française, discutent du projet de loi 96 nouvellement déposé à Québec le 13 mai 2021. Photo de Jacques Boissinot /La Presse Canadienne

Contenu de l’article

QUÉBEC — L’année 2021 a été marquée par une relance du débat sur l’état de la langue française au Québec. Et ce n’est pas fini.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Lors de la suspension de la session d’automne de l’Assemblée nationale le 10 décembre, la commission parlementaire chargée de l’examen du projet de loi 96 — le projet de loi déposé par le gouvernement de la Coalition Avenir Québec en mai pour renforcer la Charte de la langue française — n’avait réussi à passer en revue que cinq des 202 articles dans le projet de loi.

Les députés de l’opposition ont posé beaucoup de questions et proposé quelques amendements, mais le projet de loi demeure en grande partie inchangé à ce stade. Les travaux reprendront en 2022.

Le projet de loi 96 a atterri avec fracas dans la communauté anglophone et a été critiqué par les administrateurs des cégeps et le lobby des entreprises. Il n’a pas non plus recueilli un large soutien parmi les nationalistes qui se sont plaints qu’il ne va pas assez loin.

Les vues des deux solitudes semblaient toujours aussi ancrées.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Certains pensent que cela convient parfaitement au gouvernement. La CAQ — une coalition de fédéralistes et de nationalistes — prospère en trouvant un terrain d’entente parmi l’électorat. Néanmoins, le premier ministre François Legault a terminé l’année sous la pression de durcir davantage la facture.

Le principal point de friction avec les nationalistes est la décision du gouvernement de ne pas étendre les règles de la charte linguistique au système des cégeps, ce qui aurait interdit aux francophones et aux allophones de fréquenter les cégeps anglophones.

Pleins d’entrain, avec des allophones plus nombreux que des anglophones dans certains cas, les cégeps anglophones sont devenus le paratonnerre des griefs nationalistes que le système anglais assimile aux francophones.

Le sociologue Guy Rocher, un vétéran de 97 ans de la Révolution tranquille, a tiré la sonnette d’alarme lorsqu’il s’est présenté lors des audiences publiques sur le projet de loi, plaidant en faveur de l’extension des règles de la charte aux cégeps.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

« En réalité, nous aurions dû en 1977 », a déclaré Rocher au comité. « Nous avons fait une mauvaise évaluation. Les choses ont changé, le contexte a changé. Si je suis ici, c’est parce que je m’inquiète pour l’avenir de la langue française. À mon âge, j’ai le droit de m’inquiéter pour l’avenir.

À l’autre extrémité du spectre se trouvait la communauté anglophone de la province, représentée par le Quebec Community Groups Network et d’autres, dont le nouveau Groupe de travail sur la politique linguistique, qui se sont mis sur le pied de guerre.

L’angoisse de la communauté a encore été alimentée par le gouvernement fédéral, qui a déposé à peu près au même moment des réformes de la Loi sur les langues officielles sous la forme du projet de loi C-32 que le QCGN a qualifié d’« attaque claire » contre l’égalité du français et de l’anglais au Canada. . (Les réformes n’ont pas été adoptées en raison des élections fédérales.)

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Mais la préoccupation immédiate de la communauté anglophone est le projet de loi 96, que le gouvernement de la CAQ veut adopter avant les élections provinciales d’octobre 2022.

« À la base, le projet de loi 96 est une tentative de délégitimer notre communauté », a déclaré Marlene Jennings, présidente du QCGN, dans une lettre de fin d’année à ses membres. « Le projet de loi dénature la Charte de la langue française, tentant de la rendre exclusive et séparative.

Lors des audiences, Jennings, un ancien député fédéral, s’est mêlé à Simon Jolin-Barrette, le ministre responsable de la langue française qui a fait de son mieux pour vendre l’idée que la loi 96 n’affecte en rien les droits de la communauté anglophone.

« Cette bataille n’est pas terminée ; ce n’est pas fini », a déclaré Jennings à la après la fin des audiences.

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Le QCGN s’est opposé à l’utilisation par le gouvernement du terme « anglophones historiques » pour définir ceux qui seraient admissibles à recevoir des services en anglais. La désignation ne s’appliquerait qu’à ceux qui sont actuellement admissibles à fréquenter une école anglaise (ce qui ne s’applique pas à de nombreux anglophones et s’applique ironiquement à certains francophones.)

Au 16 décembre, un total de 42 groupes ont approuvé une résolution parrainée par le QCGN s’opposant à l’utilisation du terme. La résolution, qui fait suite à une lettre ouverte envoyée à Legault portant 4 200 signatures, indique que toute tentative de définir les Québécois anglophones comme « historiques » ou de limiter leur droit de recevoir des communications et des services gouvernementaux en anglais est « profondément répréhensible ».

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

Contenu de l’article

Pendant ce temps, Jolin-Barrette s’est retrouvé mêlé au lobby des affaires. Michel Leblanc, président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, a déclaré au comité d’étude du projet de loi 96 que les efforts visant à restreindre l’utilisation de l’anglais au travail pourraient conduire les sièges sociaux à Toronto et étouffer l’économie d’exportation du Québec.

Mais les efforts déployés par la communauté anglophone pour obtenir le soutien du public à ses arguments se sont heurtés à des turbulences majeures début novembre grâce au PDG d’Air Canada, Michael Rousseau, qui a prononcé un discours devant la chambre de commerce de Montréal en anglais uniquement, puis a déclaré aux journalistes qu’il avait pu vivre en ville pendant 14 ans sans avoir à parler français.

Comme on pouvait s’y attendre, les commentaires de Rousseau ont provoqué une tempête de feu. Bien qu’il s’excuse rapidement et déclare qu’il fera des efforts pour améliorer son français, l’incident renforce l’idée dans l’esprit de nombreux Québécois que la langue est assiégée à Montréal.

pauthier@postmedia.com

twitter.com/philipauthier

Partagez cet article dans votre réseau social

Publicité

Cette annonce n’a pas encore été chargée, mais votre article continue ci-dessous.

En cliquant sur le bouton d’inscription, vous acceptez de recevoir la newsletter ci-dessus de Postmedia Network Inc. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription au bas de nos e-mails. Réseau Postmédia inc. | 365, rue Bloor Est, Toronto, Ontario, M4W 3L4 | 416-383-2300

commentaires

Postmedia s’engage à maintenir un forum de discussion vivant mais civil et encourage tous les lecteurs à partager leurs points de vue sur nos articles. Les commentaires peuvent prendre jusqu’à une heure de modération avant d’apparaître sur le site. Nous vous demandons de garder vos commentaires pertinents et respectueux. Nous avons activé les notifications par e-mail. Vous recevrez désormais un e-mail si vous recevez une réponse à votre commentaire, s’il y a une mise à jour d’un fil de commentaires que vous suivez ou si un utilisateur que vous suivez commente. Consultez nos directives de la communauté pour plus d’informations et de détails sur la façon d’ajuster vos paramètres de messagerie.



Source : montrealgazette.com

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

Covax ouvre une nouvelle ligne de front pour mettre la pandémie à genoux

Le système Covax, qui approvisionne les pays pauvres en vaccins COVID, a...

«Les CPE ont été une vraie révolution» pour le Québec

La mise en place du réseau des Centres de la petite enfance...

Tyler à la manière de Todd

Tyler Bertuzzi s'est engagé dans une furieuse bagarre avec Matt Benning après que ce dernier ait été plutôt généreux avec...

Bouchard et Draisaitl marquent deux buts pour aider les Oilers à vaincre les Flames, enchaînent 7 défaites consécutives

Leon Draisaitl a inscrit deux buts et deux aides et Evan Bouchard a marqué deux buts alors que les Oilers d'Edmonton sont revenus de...

La pression est forte sur Montréal

Le poids de la pandémie est particulièrement lourd à Montréal, où près...

Le PQ veut un gel des tarifs des compagnies d’État pour 2022

Le Parti québécois demande au gouvernement de geler les tarifs des entreprises...

Vous pourriez aimer

Covax ouvre une nouvelle ligne de front pour mettre la pandémie à genoux

Le système Covax, qui approvisionne les pays pauvres en vaccins COVID, a...

«Les CPE ont été une vraie révolution» pour le Québec

La mise en place du réseau des Centres de la petite enfance...

Tyler à la manière de Todd

Tyler Bertuzzi s'est engagé dans une furieuse bagarre avec Matt Benning après que ce dernier ait été plutôt généreux avec...

Bouchard et Draisaitl marquent deux buts pour aider les Oilers à vaincre les Flames, enchaînent 7 défaites consécutives

Leon Draisaitl a inscrit deux buts et deux aides et Evan Bouchard a marqué deux buts alors que les Oilers d'Edmonton sont revenus de...