-13.6 C
Montréal
23 janvier 2022 04:56
Accueil Actualité Une veuve stupéfaite par une augmentation de loyer de 74 % après...

Une veuve stupéfaite par une augmentation de loyer de 74 % après l’achat d’un immeuble par une entreprise ontarienne

Nous suivre

Une femme de Saint John récemment veuve a reçu un avis d’augmentation de 74 % du loyer de l’appartement qu’elle partageait avec son défunt mari après qu’une entreprise ontarienne a acheté son immeuble.

« Vous ne pouvez tout simplement pas venir imposer une augmentation de loyer de 74% à quelqu’un de 66 ans qui touche une pension », a déclaré Roxanne Cormier. Elle veut voir le Nouveau-Brunswick limiter les augmentations de loyer importantes que subissent les gens comme elle.

« Pour moi, c’est contraire à l’éthique, ce n’est pas juste et c’est inhumain. »

Cormier a perdu son mari en octobre. Le couple a loué un appartement dans un immeuble de la promenade Sussex, dans le nord de Saint John, au cours de la dernière décennie et, plus récemment, il payait 775 $ par mois.

En novembre, une société ontarienne à numéros créée par un investisseur immobilier de Toronto et un homme de l’Alberta a acheté la structure de six logements vieille de 50 ans pour 746 000 $. C’est le double du prix de vente de l’immeuble en 2011 et près du double de ce que les évaluateurs de Service Nouveau-Brunswick estiment encore.

Le 31 décembre, Cormier a trouvé une enveloppe collée à la porte de son appartement avec une lettre à l’intérieur l’informant d’une augmentation de loyer de 575 $ par mois à compter du 1er avril, même si les nouvelles règles au Nouveau-Brunswick exigent que les locataires reçoivent un préavis de six mois.

« Le loyer augmente de 575,00 $ par rapport au paiement actuel de 775,00 $ au nouveau taux de 1 350,00 $ par mois », lit-on dans la lettre du nouveau gestionnaire immobilier.

« Merci pour votre coopération anticipée dans cette affaire. »

Eve Panaguiton est une investisseuse immobilière et négociatrice basée à Toronto qui était à l’origine de l’achat d’un immeuble de six logements sur la promenade Sussex à Saint John en novembre. Les locataires ont été frappés par des avis d’augmentation de loyer allant jusqu’à 74 %. « Les propriétaires gagnent de l’argent quand ils dorment », dit-elle sur ses pages de réseaux sociaux. (Eve Panaguiton/Facebook)

Cormier a déclaré que d’autres avaient reçu des avis similaires, y compris une locataire à la fin des années 80, qui vit dans l’immeuble depuis 40 ans.

« Je me suis vraiment fâchée et je me suis dit » OK, c’est contraire à l’éthique «  », a déclaré Cormier, qui a déposé une plainte au sujet de son court préavis et de l’ampleur de son augmentation auprès du Tribunal de la location à usage d’habitation du Nouveau-Brunswick.

« Je vois déjà quelqu’un professionnellement pour des conseils en cas de deuil, donc je n’avais pas vraiment besoin de ce stress supplémentaire », a-t-elle déclaré.

« Où vais-je aller ? J’ai juste le RPC, la vieillesse et mon allocation de veuvage. Donc, c’est comme, où dois-je aller ? J’étais assez contrarié. »

Sharon Delong a 72 ans et était jusqu’à récemment une voisine de Cormier dans le même immeuble. Elle se méfiait de ce que les nouveaux propriétaires pourraient faire et a déménagé en novembre après 37 ans, juste un mois avant l’annonce de l’augmentation du loyer.

« J’ai pu voir l’écriture sur le mur dès que l’endroit a été mis en vente », a déclaré Delong, qui a élevé ses deux enfants dans le bâtiment.

« Je suis sorti de là au bon moment, mais je me sens vraiment mal pour les autres locataires. Je veux dire, ce n’est pas juste. Les gens sont exploités. Cela affecte les gens qui y vivent toute leur vie. Ils sont avec un revenu limité et cela leur arrive. Où vont-ils ? Je pense que quelque chose doit être fait.

Cet immeuble sur la promenade Sussex à Saint John a été construit à la fin des années 1960. Services Nouveau-Brunswick l’évalue à 396 800 $, mais les investisseurs l’ont payé 746 000 $ en novembre. (Robert Jones / Nouvelles de CBC)

L’accord d’achat de l’immeuble de Sussex Drive a été conclu par l’investisseur torontois Eve Panaguiton, qui se fait appeler « Real Estate Eve » et « spécialiste BRRRR » (achat, réhabilitation, location, refinancement, répétition) sur ses comptes de réseaux sociaux.

Panaguiton n’a pas répondu aux tentatives de la contacter au sujet de ce qui se passe avec la propriété de Saint John, mais dans une conversation plus tôt en 2021 publiée sur YouTube, elle a déclaré qu’elle « travaillait à l’achat de multiplex hors de la ville » après avoir levé 7 millions de dollars auprès d’investisseurs dans 2020.

Panaguiton agit en tant que partenaire de gestion dans les achats en rassemblant les propriétés et les acheteurs, puis en répartissant les bénéfices sur les transactions « 50/50 ».

Les documents hypothécaires montrent que David Gordon Kirschner, un résident d’Edmonton, s’est associé à Panaguiton pour former la société à numéro qui est maintenant propriétaire de l’immeuble de la promenade Sussex.

Au Nouveau-Brunswick, il n’y a pas de limite supérieure établie sur le montant du loyer qui peut être augmenté par un propriétaire.

La ministre de Services Nouveau-Brunswick, Mary Wilson, a déclaré à l’Assemblée législative en novembre qu’aucun montant fixe d’augmentation de loyer au Nouveau-Brunswick n’est trop élevé. « Nous ne pouvons pas mettre un montant en dollars sur ce qui est raisonnable », a-t-elle déclaré. (Photo d’archives de CBC News) En novembre, Mary Wilson, la ministre responsable du Tribunal de la location résidentielle, a déclaré à la législature qu’il n’y avait « pas de seuil numérique » pour juger si une augmentation de loyer était trop élevée.

« Nous ne pouvons pas mettre un montant en dollars sur ce qui est raisonnable », a déclaré Wilson.

Cependant, le tribunal peut annuler une augmentation de loyer si un locataire dépose une objection dans les 30 jours et qu’une enquête révèle que le nouveau montant est supérieur aux taux du marché dans la région « sur la base de l’état actuel de l’unité par rapport à des unités similaires dans le même quartier. « 

Selon les chiffres conservés par le tribunal, il y a eu 21 demandes de « révision d’une augmentation de loyer » depuis la mise à jour des lois du Nouveau-Brunswick le 17 décembre. Sept demandes ont été acceptées jusqu’à présent et 14 sont toujours en attente.

Les augmentations de loyer qui sont refusées ne s’appliquent qu’au locataire qui s’y est opposé et non aux autres occupants d’un immeuble qui peuvent avoir obtenu des augmentations similaires mais qui n’ont pas déposé d’objection.

« Le Tribunal de la location à usage d’habitation ne peut examiner une augmentation de loyer que si le locataire présente une demande », a déclaré Jennifer Vienneau, directrice des communications à Services Nouveau-Brunswick.

Les propriétaires qui se voient refuser une augmentation de loyer peuvent augmenter le loyer d’un montant moindre en émettant un nouvel avis.

Le gestionnaire immobilier de Cormier a initialement contesté qu’elle avait droit à un préavis de six mois, mais a depuis reconnu qu’elle avait raison et a accepté de réémettre des lettres d’augmentation de loyer aux locataires de l’immeuble.

Cormier a déclaré qu’elle aimerait que les locataires bénéficient de protections similaires à celles dont bénéficient les propriétaires du Nouveau-Brunswick contre les hausses de leurs factures d’impôt foncier.

Sans rénovations, les propriétaires du Nouveau-Brunswick ne peuvent pas se voir imposer d’impôt foncier sur les augmentations d’évaluation supérieures à 10 % en une seule année. Les augmentations supérieures doivent être échelonnées sur plusieurs années.

« Je comprends que vous devez augmenter le loyer », a-t-elle déclaré. « Mais s’il faut cinq cents dollars de plus, alors vous devez le faire une fois par an par tranches. »

« Et la petite personne? Nous devons avoir une certaine protection. »

Source : www.cbc.ca

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

Alors que les États-Unis accélèrent la distribution de tests rapides, les critiques demandent à Ottawa de rattraper son retard

Alors que les Canadiens sont aux prises avec la variante hautement transmissible d'Omicron et un régime de tests moléculaires qui s'est pratiquement effondré, les...

« Cayden était excellent » -Tyler Toffoli

Sans les prouesses de Cayden Primeau, auteur de 22 arrêts dans le...

Une Première Nation basée en Colombie-Britannique peut mettre des noms sur des tombes non marquées avec de nouveaux documents sur les pensionnats

La direction de Tk'emlúps te Secwépemc espère identifier et localiser les enfants disparus qui auraient été enterrés dans des tombes anonymes près de l'ancien...

Des centaines de milliers de Canadiens voyagent à l’étranger malgré Omicron

Malgré les inquiétudes croissantes à travers le monde l'automne dernier concernant la nouvelle variante COVID-19, Omicron, Sandy Long et son mari sont partis le...

Les Maple Leafs profitent de l’élan précoce de la victoire contre les Islanders pour clore un road trip de 6 matchs

Morgan Rielly a inscrit un but et une aide, Petr Mrazek a stoppé 25 tirs et les Maple Leafs de Toronto ont battu les...

Draisaitl ouvre les vannes, les Oilers sortent de la misère

Leon Draisaitl a marqué quatre points, dont le but vainqueur, et le défenseur Evan Bouchard a marqué deux fois dans...

Vous pourriez aimer

Alors que les États-Unis accélèrent la distribution de tests rapides, les critiques demandent à Ottawa de rattraper son retard

Alors que les Canadiens sont aux prises avec la variante hautement transmissible d'Omicron et un régime de tests moléculaires qui s'est pratiquement effondré, les...

« Cayden était excellent » -Tyler Toffoli

Sans les prouesses de Cayden Primeau, auteur de 22 arrêts dans le...

Une Première Nation basée en Colombie-Britannique peut mettre des noms sur des tombes non marquées avec de nouveaux documents sur les pensionnats

La direction de Tk'emlúps te Secwépemc espère identifier et localiser les enfants disparus qui auraient été enterrés dans des tombes anonymes près de l'ancien...

Des centaines de milliers de Canadiens voyagent à l’étranger malgré Omicron

Malgré les inquiétudes croissantes à travers le monde l'automne dernier concernant la nouvelle variante COVID-19, Omicron, Sandy Long et son mari sont partis le...