-18.5 C
Montréal
23 janvier 2022 00:42
Accueil Culture Divertissement Plein écran : Alexa-Jeanne Dubé ouvre avec son plus récent court métrage,...

Plein écran : Alexa-Jeanne Dubé ouvre avec son plus récent court métrage, Joutel

Nous suivre

L’actrice et réalisatrice Alexa-Jeanne Dubé a frappé fort avec son court métrage Joutel, avec Pierre Curzi, sa femme Marie tifo aussi bien que Pierre Jacques. D’ailleurs, le film que l’actrice a également écrit a été sélectionné pour lancer le festival. Plein écran, qui se déroule du 12 au 23 janvier 2022 sur Instagram, entièrement gratuit !

Joutel est un hommage à la mort qui présente la perception qu’en ont les personnes qui sont sur le chemin de la fin de vie. Même si le sujet et les images sont plutôt sombres, la morale du film est enrichissante et met en évidence la vulnérabilité réelle et abstraite qu’est la mort. Tout est extrêmement bien ficelé et vaut certainement le détour !

Le synopsis de Joutel, qui se trouve sur le site officiel de H264, va comme suit :  » Alors que Gérard trouve un raton laveur mort sur le terrain de sa maison, le vieil homme se retrouve étrangement bouleversé et confronté à sa propre disparition. Obsédée par la carcasse, Jocelyne sent grandir le désespoir de son homme, un sentiment qui résonne curieusement en elle. Après une nuit de réflexion, ils décident d’enterrer le raton laveur sur le terrain de leur ancienne demeure à Joutel, ville minière fantôme fermée depuis 1998. Une fois sur place, ressemblant davantage à des ruines aux allures de forêt boréale, Jocelyne plonge dans un nostalgie. C’est là, lors d’un pique-nique morbide pour enterrer la bête, qu’ils rencontreront un être mystique qui les conduira à faire la paix avec leurs démons intérieurs. « .
Crédit : Via H264distribution

Nous avons eu la chance de discuter avec la comédienne et réalisatrice Alexa-Jeanne Dubé et ce fut un réel plaisir.

Quelle a été votre principale inspiration pour ce film

Mes grand-parents. Non, parce qu’ils ont quelque chose à voir avec une ville fantôme. Je les vois juste vieillir et [… ] Évidemment, à un certain âge, on peut se poser des questions sur la mort, le sens de la vie, ce que l’on lègue, finalement. Cela a vraiment commencé avec eux ; de les voir un peu plus mitigés, de se poser des questions et pas forcément d’être 100% canaris avec leur vieillissement. […] Aussi, je suis allé interviewer beaucoup de personnes âgées entre 75 et 100 ans, afin d’évoquer avec elles leur rapport à la mort. Cela a été super enrichissant. […] C’est un sujet qui m’intéressait, mais la façon dont je l’ai pitché, j’ai vraiment collé à mon imagination. J’ai entendu parler de Joutel. J’ai trouvé le parallèle entre la mort et une ville fantôme intéressant. […] Une ville fantôme était l’endroit idéal pour incarner ce sentiment fantomatique.

Quelles ont été les réactions de Pierre Curzi et Marie Tifo à la première lecture de votre scénario ?

Vraiment positif. En gros, je les avais approchés, une fois le scénario écrit. Je voulais qu’ils jouent les personnages et ils ont beaucoup aimé. Ils se sont reconnus à travers ces questions dignes de l’ordre de la crise existentielle. […] Pour moi, il y a vraiment un parallèle à faire entre l’adolescence et la fin de vie. C’est-à-dire qu’au début de la vie, de nombreuses personnes vivent une crise existentielle […] Dans la vie d’adulte, comme il y a du travail et des projets, on est un peu plus loin de cette espèce de vertige là… qui revient enfin, à la fin du cours, quand tout est fini et où on se retrouve avec. ce même vide. Ces thèmes sont vraiment venus leur parler. Nous avons eu beaucoup de discussions à ce sujet. C’est pourquoi ils ont accepté.

Quel est le plus gros challenge que vous ayez rencontré pendant les tournages ?

Aller tourner à Joutel était encore ambitieux : évidemment, comme c’est une ville fantôme, il fallait arriver avec un groupe électrogène, apporter un buffet pour l’équipe, installer des toilettes. […] Comme les rues sont toujours là, nous pouvions nous déplacer, mais il n’y avait rien d’autre. Il n’y avait pas de ville à moins d’une heure de route. Mais nous étions quand même très bien préparés.

Avez-vous l’intention de continuer dans le cinéma de genre ?

Le côté un peu fantastique est pour moi une sorte de prolongement poétique. C’est quelque chose qui m’intéresse. Je suis en train de développer un autre court métrage qui a un peu ce genre sans que ce soit un film de genre […], mais il y a un monstre dans le film, alors j’aime vraiment que ce genre d’univers se réunisse. Je n’irai jamais à 100% dans le fantastique, mais j’aime bien m’insérer un peu.

Quel film vous a fait devenir réalisateur aujourd’hui ?

Je l’ai découvert un peu au cours de ma carrière d’acteur. A force de tourner des courts métrages, de rencontrer de jeunes cinéastes, c’est comme ça que j’ai voulu créer. J’ai souvent eu beaucoup d’avis sur les scénarios. J’ai réalisé que j’étais vraiment impliqué dans le travail et pas seulement dans la performance. […] C’est vraiment parti plus de ma carrière que d’un travail extérieur.

Par rapport à votre âge, que représente pour vous la mort ?

La mort m’a toujours troublé. Quand j’avais environ six ans, quand j’ai réalisé que j’allais mourir, ça m’a vraiment fait peur, je me souviens très bien de ce moment. J’ai toujours eu une relation difficile avec la mort. C’est vraiment quelque chose qui me fait peur dans ma vie, périodiquement. J’ai parfois l’impression que j’y pense beaucoup. Je pense au fait que le temps passe si vite, que nous allons bientôt mourir. A l’absurdité de mourir. Du côté spirituel. C’est vraiment quelque chose qui fonctionne pour moi. Je pense que ça va me faire peur et m’intriguer toute ma vie.

Quelle scène vous a le plus marqué pendant le tournage ?

Toutes les scènes étaient marquantes à leur manière… Mais il est certain que la scène finale à Joutel, avec la lumière apparaissant derrière les comédiens, où l’inconnu arrive en fauteuil roulant… C’est une scène que l’on a tournée la plupart du temps en large , nous étions donc très loin et nous pouvions littéralement voir la scène se dérouler sous nos yeux. On a vraiment eu l’impression de vivre ce moment, très étrange, hors du commun, dans cette vraie ville fantôme […] C’est la dernière scène du film que nous avons tourné.

Joutel ouvre la 6ème édition du festival, qu’est-ce que cela représente pour vous ? Cela vous met un peu de pression ?

J’ai reçu cette nouvelle comme un honneur. Il est certain que les gens auront peut-être un certain avis, car c’est mon film qui a été choisi. Ils pourraient être du genre « pourquoi lui ? Pourquoi pas quelqu’un d’autre ? » Maintenant, ce n’est pas le mien et je le vois vraiment comme un honneur. Aussi, je sais que les gens qui l’ont choisi, c’est parce qu’ils l’aiment beaucoup. […] Au départ, le lancement devait se faire en face-à-face, au cinéma Beaubien. […] Mais avec la pandémie, je ne vais même pas me rendre compte que les gens le regardent autant, tant le festival est en direct, haha ​​!



Source : hollywoodpq.com

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

Dans la salle des Canadiens : un bon gardien de but alimente l’amélioration post-Hughes

Liens du fil d'Ariane Des sports LNH Canadiens de Montréal ...

Nouveau style à la présidence du conseil municipal

La nouvelle figure d'autorité à l'hôtel de ville, que les citoyens de...

La maison de Patrick Roy vendue près de 6 M$

Une autre résidence luxueuse appartenant à un sportif bien connu vient d'être...

Des coachs de renfort pour aider les cadres du réseau

Les contrats de coaching se multiplient dans le réseau de la santé...

L’effort de retour des Canadiens est interrompu alors que le vainqueur de Landeskog en prolongation propulse l’Avalanche vers la victoire

Gabriel Landeskog a marqué 1:16 en prolongation et l'Avalanche du Colorado a battu les Canadiens de Montréal 3-2 samedi soir à Denver, Colorado, pour...

Une deuxième équipe intéressée par Evander Kane ?

Après les Oilers d'Edmonton, les Capitals de Washington seraient également intéressés par Evander Kane, qui est agent libre depuis la...

Vous pourriez aimer

Dans la salle des Canadiens : un bon gardien de but alimente l’amélioration post-Hughes

Liens du fil d'Ariane Des sports LNH Canadiens de Montréal ...

Nouveau style à la présidence du conseil municipal

La nouvelle figure d'autorité à l'hôtel de ville, que les citoyens de...

La maison de Patrick Roy vendue près de 6 M$

Une autre résidence luxueuse appartenant à un sportif bien connu vient d'être...

Des coachs de renfort pour aider les cadres du réseau

Les contrats de coaching se multiplient dans le réseau de la santé...