-9.1 C
Montréal
23 janvier 2022 13:05
Accueil Politique L'année de la marmotte | Le Journal de Montréal

L’année de la marmotte | Le Journal de Montréal

Nous suivre

Avec le retour du couvre-feu décrété par le premier ministre, 2022 s’annonce déjà pour les Québécois comme l’année de la marmotte. Cependant, sur un plan strictement politique, cette annonce n’est guère surprenante.

Sans le réduire à une simple diversion, il n’en demeure pas moins que le couvre-feu, parce qu’il est « extrême », selon François Legault lui-même, vole automatiquement la vedette aux autres mesures annoncées. Ce faisant, il efface l’essentiel.

Depuis l’automne, le gouvernement a en effet pris un sérieux retard sur plusieurs fronts – troisième dose de vaccin, dépistages, tests rapides, ventilation, achat et distribution de masques de type N95, etc.

Malgré les appels à accélérer la troisième dose lancés par plusieurs experts bien avant l’apparition d’Omicron, même le recrutement de nouveaux vaccinateurs tarde.

Résultat : s’il est vrai que la variante Omicron frappe partout, fort et rapidement, le Québec est néanmoins rapidement devenu plus vulnérable à la pandémie.

Force est donc de constater qu’au-delà de l’inévitable lassitude des chefs de gouvernement face à une pandémie tenace, quelque chose de particulier ne va pas au sein de la cellule de crise entourant le premier ministre Legault.

Les épaules usées des citoyens

S’appuyant sur le succès de la campagne de vaccination jusqu’à avant la troisième dose, elle a semblé cet automne avoir suffisamment baissé la garde pour prendre du retard dans le combat.

Le système de santé québécois, déjà en panne, craque aussi encore plus qu’ailleurs.

Pour toutes ces raisons, la cellule de crise est contrainte de transférer une nouvelle part de responsabilité de la lutte sur les épaules usées des citoyens. Réduire les contacts est vital, c’est sûr.

Mais avoir un accès plus rapide à la troisième dose, à des tests rapides et à des masques mieux aptes à mieux protéger Omicron, le serait aussi.

C’est précisément ici que le retour spectaculaire du couvre-feu prend des allures plus politiques que scientifiques.

Ce constat n’a pas pour but de jouer le régisseur, mais de souligner l’urgence évidente d’un si long combat pour injecter du sang neuf dans la cellule de crise.

Nouveau sang

En juin 2020, le Premier ministre n’a pas hésité à marquer un « grand coup ». Il avait nommé un nouveau ministre de la Santé, Christian Dubé, et avait ajouté un sous-ministre de choc, Dominique Savoie.

Pour la cellule de crise, essoufflée par une première vague dévastatrice au Québec, cette transfusion s’était avérée dynamisante. Dix-huit mois plus tard, un autre « big bang » ne serait pas de trop.

Au fur et à mesure que j’avance depuis l’année dernière, il ne fait aucun doute, cependant, que son ultime maillon faible est le directeur national de la santé publique. Depuis le début de la crise, Horacio Arruda a raté le coche sur des éléments majeurs : port du masque, transmission du COVID-19 par les aérosols, ventilation, dépistages, masques N95, etc.

Bien qu’ayant reçu un conseiller en communication, ses explications restent souvent confuses. Sans parler de sa tendance à fuir les connaissances scientifiques canadiennes et internationales.

Le fait que le Dr Arruda soit sous-ministre adjoint de la santé, et non indépendant de l’exécutif, le soumet aussi nécessairement à des impératifs plus politiques.

Lors de la première vague, les médias ont pourtant fait de lui une star. Malgré ses erreurs, le Premier ministre n’a donc pas jugé bon de le remplacer.

Interrogé hier, c’est du bout des lèvres qu’il lui a réitéré sa confiance. Face à la propagation de la pandémie, personne ne lui reprocherait d’avoir changé d’avis.

Source : www.journaldemontreal.com

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

Le Canadien Jacob Panetta suspendu indéfiniment par la ECHL pour un geste apparemment raciste

La ECHL a agi rapidement dimanche, suspendant indéfiniment le défenseur des Icemen de Jacksonville Jacob Panetta, dans l'attente d'une audience, pour un geste raciste...

Près de 60 % des Canadiens disent avoir de la difficulté à nourrir adéquatement leur famille

Un sondage de la firme Angus Reid rendu public vendredi révèle que...

Geste raciste sur Subban : son bourreau renfloue

Jacob Panetta a été suspendu indéfiniment par la ECHL dimanche après avoir...

Deux fois plus de cannabis au volant depuis la légalisation ?

Le nombre de Canadiens qui osent prendre la route après avoir consommé...

Les hospitalisations liées au COVID-19 chutent à nouveau alors que le Québec signale 33 décès

Liens du fil d'Ariane Des nouvelles Nouvelles locales Le nombre...

Mikko Koskinen et les Oilers voient la lumière au bout du tunnel

Après avoir été critiqué par son entraîneur récemment, Mikko Koskinen s'est levé samedi, étant l'un des principaux artisans d'une victoire...

Vous pourriez aimer

Le Canadien Jacob Panetta suspendu indéfiniment par la ECHL pour un geste apparemment raciste

La ECHL a agi rapidement dimanche, suspendant indéfiniment le défenseur des Icemen de Jacksonville Jacob Panetta, dans l'attente d'une audience, pour un geste raciste...

Près de 60 % des Canadiens disent avoir de la difficulté à nourrir adéquatement leur famille

Un sondage de la firme Angus Reid rendu public vendredi révèle que...

Geste raciste sur Subban : son bourreau renfloue

Jacob Panetta a été suspendu indéfiniment par la ECHL dimanche après avoir...

Deux fois plus de cannabis au volant depuis la légalisation ?

Le nombre de Canadiens qui osent prendre la route après avoir consommé...