-13.9 C
Montréal
18 janvier 2022 12:07
Accueil Politique Le commandant du NORAD met en garde les responsables canadiens contre la...

Le commandant du NORAD met en garde les responsables canadiens contre la menace que représentent les missiles hypersoniques

Nous suivre

Le commandant du NORAD, le général Glen VanHerck, a mis en garde mardi les principaux dirigeants du gouvernement et de l’armée canadiens contre la menace que représente la technologie des missiles hypersoniques pour la sécurité nord-américaine, affirmant qu’elle rend « très difficile » l’accomplissement de sa mission pour lui.

En visite au Canada pour la première fois depuis qu’il a pris le commandement de l’organisation de défense continentale l’année dernière, VanHerck a donné aux responsables à Ottawa ce qu’il a appelé une évaluation des risques « franche » – un jour après que la Russie a déclaré avoir testé avec succès un autre de ses missiles de croisière hypersoniques.

Les missiles hypersoniques peuvent voyager à plus de cinq fois la vitesse du son et ont de vastes portées. Un missile hypersonique peut rebondir et se faufiler dans l’atmosphère et éviter l’interception en route vers sa cible. Sa maniabilité le rend également plus difficile à suivre.

La plupart des véhicules hypersoniques ne peuvent transporter que des ogives conventionnelles, mais les experts avertissent qu’ils pourraient être capables de transporter des armes nucléaires d’ici quelques années.

« En tant que commandant du NORAD, je pense que la mission la plus importante que je fais est probablement de fournir des alertes de menace et une évaluation d’attaque pour le Canada et les États-Unis, pour l’Amérique du Nord », a déclaré VanHerck lors d’une table ronde médiatique.

« Les hypersoniques mettront au défi ma capacité à le faire à l’avenir. »

Le général Glen VanHerck a déclaré qu’il avait donné une évaluation franche des risques aux hauts dirigeants militaires et gouvernementaux canadiens mardi concernant l’hypersonique. (Caporal Jeff Smith, Services d’imagerie du Groupe de soutien des Forces canadiennes Ottawa-Gatineau)

VanHerck a déclaré qu’il n’était pas chargé de défendre l’Amérique du Nord contre les hypersoniques pour le moment. Il a dit qu’il appartenait aux décideurs au Canada et aux États-Unis de lui dire si sa mission devait changer.

L’examen de la défense antimissile des États-Unis examine la technologie, a-t-il déclaré. Le Canada, quant à lui, ne mène pas d’examen similaire et n’a pas défini de position claire sur ce qu’il ferait pour défendre le Canada contre l’hypersonique.

VanHerck a déclaré que les responsables canadiens n’avaient partagé aucune décision politique avec lui mardi. Il a dit qu’il a donné à la ministre de la Défense Anita Anand, au chef d’état-major de la Défense, le général Wayne Eyre et à son vice-chef, le lieutenant-général. Frances Allen, des informations sur la menace afin qu’ils puissent déterminer « la voie à suivre ».

« Ce n’est pas mon travail de me lancer dans la politique du ‘Tu devrais faire ceci ou cela' », a-t-il déclaré. « Mon travail consiste à exposer les faits du risque, les capacités qui existent. »

La course mondiale pour maîtriser cette prochaine génération d’armes s’intensifie.

Les États-Unis confirment que la Chine a lancé l’hypersonique

La Russie a annoncé lundi avoir effectué avec succès un autre lancement d’essai de son missile de croisière hypersonique Zircon. Moscou a déclaré que le missile avait été tiré depuis un navire de guerre dans la mer Blanche et avait touché une cible à plus de 400 kilomètres.

La marine et l’armée américaines ont également testé des prototypes de composants d’armes hypersoniques le mois dernier – le même jour où le président américain Joe Biden a déclaré qu’il était préoccupé par les armes hypersoniques chinoises.

La Chine a assommé le Pentagone cet été en lançant une fusée avec un « système de bombardement orbital fractionné » pour propulser pour la première fois un « véhicule à glissement hypersonique » autour du monde. L’arme a failli toucher sa cible, a rapporté le Financial Post.

Des véhicules militaires chinois transportant des missiles DF-17 roulent lors d’un défilé pour commémorer le 70e anniversaire de la fondation de la Chine communiste à Pékin le mardi 1er octobre 2019. (Ng Han Guan/The Associated Press)

Dans un geste rare le mois dernier, le général américain Mark A. Milley, président des chefs d’état-major interarmées, a confirmé que la Chine avait effectué deux tests d’armes hypersoniques. Il a qualifié les tests d' »événement technologique très important » qui est « très proche » d’un « moment Spoutnik », selon son interview avec Bloomberg Television.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a nié qu’un test d’armes ait eu lieu et a qualifié l’appareil testé de véhicule spatial plutôt que de missile.

VanHerck a déclaré que la Russie utilisait déjà l’hypersonique sur le terrain, contrairement à la Chine.

Il a déclaré que le NORAD a besoin de la capacité d’utiliser l’intelligence artificielle pour fournir aux responsables de la défense des informations sur la menace.

Le Canada et les États-Unis se sont engagés à moderniser le NORAD pour le faire entrer dans l’ère numérique. VanHerck a déclaré que les discussions sur la modernisation n’en sont qu’à leurs débuts.

« Dire que nous sommes sur la bonne voie en discussion et que nous sommes parvenus à un accord sur quoi que ce soit serait une fausse information », a-t-il déclaré. préparez-vous à ramper, si vous voulez. »

Il n’y a pas encore de calendrier ni de coût estimé, a déclaré VanHerck. La prochaine étape serait pour le ministre de la Défense du Canada et le secrétaire américain à la Défense de créer un cadre pour aller de l’avant, a-t-il déclaré.

La position de défense hypersonique du Canada n’est pas claire

Lorsque CBC News a demandé au bureau d’Anand quelle direction elle donnerait à VanHerck lors de leur réunion mardi au sujet des hypersoniques, un porte-parole a déclaré que « le Canada et les États-Unis se coordonnent étroitement concernant les menaces émergentes sur notre continent ».

« Ces menaces incluent les missiles de croisière à longue portée – y compris les missiles hypersoniques – pour lesquels le NORAD consacre une attention et des ressources importantes afin d’atténuer la menace qu’ils représentent », a écrit le porte-parole d’Anand, Daniel Minden, dans un communiqué de presse.

Le bureau de la ministre de la Défense Anita Anand a déclaré que le Canada et les États-Unis se coordonnent étroitement sur les menaces émergentes, notamment les missiles hypersoniques. (La Presse Canadienne)

David Perry, vice-président de l’Institut canadien des affaires mondiales, a déclaré que la politique du gouvernement sur l’hypersonique reste « peu claire ».

Perry a déclaré que certaines parties de l’armée canadienne, y compris les navires et les avions de chasse, sont orientées vers la défense du Canada contre les frappes de missiles. Mais en 2005, le Canada a choisi de ne pas se joindre à la défense antimissile balistique de l’administration George W. Bush.

En 2017, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que le Canada ne modifierait pas sa position sur la défense antimissile « de sitôt ». Le bureau d’Anand a également confirmé mardi que la position n’avait pas changé.

Perry a déclaré que les États-Unis menaient le monde dans le développement de systèmes pour détecter, suivre et détruire les missiles hypersoniques. Mais le gouvernement fédéral canadien, a-t-il dit, n’a pas déclaré publiquement si le retrait de l’effort américain de défense antimissile balistique signifie également que le pays continue de se retirer des accords de défense pour d’autres types de missiles, comme les véhicules à glissement hypersonique.

« Depuis que nous avons dit non à cela, il y a eu un manque de clarté au moins du public sur ce que nous ferons et ne ferons pas exactement lorsqu’il s’agira de défendre le Canada », a déclaré Perry.

Les temps ont changé, a déclaré Perry, et le Canada devrait clarifier sa position maintenant qu’il existe des preuves que la Russie et la Chine modernisent agressivement leurs armées et recherchent de nouvelles technologies d’armement.

« Cela signifie qu’ils ont maintenant la capacité militaire qu’ils peuvent lancer depuis leur pays d’origine et qui peuvent atteindre l’Amérique du Nord », a-t-il déclaré.

James Ferguson, directeur adjoint du Centre d’études sur la défense et la sécurité de l’Université du Manitoba, a déclaré que le Canada n’avait pas encore trouvé de réponse défensive aux armes hypersoniques.

« Comment les classez-vous ? » dit Ferguson. « Nous ne savons tout simplement pas ce que le gouvernement pense à ce sujet, s’il y pense du tout. »

Le Canada et les États-Unis ont publié une déclaration conjointe en août s’engageant à moderniser le NORAD dans les années à venir et s’engageant à « répondre aux menaces aérospatiales rapidement et de manière décisive ».

Le bureau d’Anand a déclaré à CBC News dans une déclaration aux médias que le Canada a affecté 163 millions de dollars dans le budget 2021 au programme de modernisation du NORAD et, en partenariat avec les États-Unis, « continuera de faire avancer les investissements nécessaires pour protéger les Canadiens et les Américains des menaces actuelles et émergentes. . »

Source : www.cbc.ca

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

La pandémie de COVID-19 « est loin d’être terminée », selon le patron de l’OMS

La pandémie de COVID-19 "est loin d'être terminée", a prévenu mardi le...

Le Canada classé 6e pays le plus misérable par un groupe de réflexion

Les taux d'inflation et de chômage élevés du Canada l'ont classé parmi les pays les plus « misérables » au monde, selon un groupe...

L’Île-du-Prince-Édouard transforme des pommes de terre en direction d’une usine de frites en Alberta

Une entreprise de l'Î.-P.-É. a négocié une entente pour envoyer jusqu'à 700 chargements de semi-remorques de pommes de terre de transformation excédentaires de l'Î.-P.-É....

Kent Hughes est le nouveau directeur général du Canadian

Les Canadiens de Montréal ont mis fin au suspense : Kent Hughes...

Rentrée des classes : les enseignants manifestent pour déplorer l’assouplissement des mesures sanitaires

Une dizaine d'enseignants de l'école secondaire Cavalier de LaSalle se sont réunis...

Vous pourriez aimer

La pandémie de COVID-19 « est loin d’être terminée », selon le patron de l’OMS

La pandémie de COVID-19 "est loin d'être terminée", a prévenu mardi le...

Le Canada classé 6e pays le plus misérable par un groupe de réflexion

Les taux d'inflation et de chômage élevés du Canada l'ont classé parmi les pays les plus « misérables » au monde, selon un groupe...

L’Île-du-Prince-Édouard transforme des pommes de terre en direction d’une usine de frites en Alberta

Une entreprise de l'Î.-P.-É. a négocié une entente pour envoyer jusqu'à 700 chargements de semi-remorques de pommes de terre de transformation excédentaires de l'Î.-P.-É....