-13.9 C
Montréal
18 janvier 2022 11:54
Accueil Politique Québec n'a pas écouté ses experts sur l'administration rapide d'une 3e dose...

Québec n’a pas écouté ses experts sur l’administration rapide d’une 3e dose aux infectés

Nous suivre

Décision du Québec de permettre aux personnes infectées par la COVID-19 de recevoir un 3e dose à la fin de leurs symptômes est des besoins « opérationnels » et non de l’avis de ses experts en santé publique.

• Lire aussi : 3e dose à la fin des symptômes pour les personnes ayant eu COVID-19

• Lire aussi : Une 3e dose à la fin des symptômes : « pas vraiment utile », dit un médecin

Le ministère de la Santé a toutefois indiqué mercredi qu’elle avait été prise « suite à une recommandation de la santé publique », pourtant deux membres du Comité québécois d’immunisation (CIQ) répondent qu’il s’agit plutôt d’une décision gouvernementale.

Interrogé sur les arguments scientifiques sur lesquels il s’appuyait, le MSSS n’avait pas encore répondu mercredi en fin d’après-midi.

L’agence QMI a toutefois obtenu la recommandation de l’ancien directeur national de la santé publique, le docteur Horacio Arruda, à ce sujet, un document qu’il a signé le jour même de sa démission.

Une dernière recommandation d’Arruda

En faveur de permettre aux personnes infectées d’obtenir rapidement une 3e dose, ce dernier prend en considération les positions des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et du National Advisory Committee on Immunization (NACI).

Il cite également la « non-disponibilité des tests PCR » et « la capacité limitée des laboratoires » où les tests sont analysés.

La position du Comité québécois d’immunisation (CIQ) y est aussi évoquée, mais pour dire qu’elle « n’élimine pas » l’option.

Cependant, ce n’est pas tout à fait l’opinion du groupe d’experts normalement consulté par le gouvernement, croient Dr Gaston De Serres et Dr Maryse Guay, également professeure à l’Université de Sherbrooke.

« On en a discuté avec eux et on s’est dit : non, on n’y va pas » a indiqué dans un entretien, Gaston De Serres, précisant que c’est une des premières fois que le gouvernement n’a pas suivi. pas la position de la CIQ.

Impératifs opérationnels et administratifs

« Le CIQ n’a pas dit : tu peux le faire avant, non, non non. Il y a une décision au niveau gouvernemental de dire « on veut le faire plus tôt », mais ce n’est pas l’avis de la CIQ », a précisé le médecin-épidémiologiste.

Selon la position exacte du CIQ, une personne infectée par la COVID devrait plutôt « idéalement » attendre trois mois avant d’avoir sa 3e dose de vaccin et « au minimum » huit semaines.

«Ça n’a pas changé du côté des données scientifiques, la maladie offre une excellente protection, mais actuellement, des impératifs opérationnels ou administratifs ont pris le dessus», a déclaré le Dr Maryse Guay.

Dans le contexte où les tests PCR analysés en laboratoire sont désormais réservés à certaines catégories de travailleurs essentiels et où l’on manque de tests rapides, Gaston De Serres dit comprendre l’utilité d’une telle décision, notamment pour la gestion du vaccin. passeport. De nombreux Québécois symptomatiques ne savent pas s’ils ont contracté la COVID-19 ou un autre virus et ne savent donc pas s’ils doivent attendre avant de recevoir leur 3e dose.

Pour le passeport vaccinal ?

Jeudi dernier, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a annoncé son intention d’étendre le passeport vaccinal à trois doses une fois que l’ensemble de la population aura eu la possibilité de le recevoir, ce qui pourrait prendre plusieurs mois en cas de personnes infectées. doit attendre le délai recommandé par le CIQ.

« Dire qu’on va faire comme si l’infection n’existait pas et qu’il faut trois doses pour tout le monde pour le passeport [vaccinal], oui, cela rend le passeport facile à gérer, mais y a-t-il une raison médicale qui le justifie ? Non », a déclaré Gaston De Serres.

A voir aussi

Source : www.journaldemontreal.com

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

La pandémie de COVID-19 « est loin d’être terminée », selon le patron de l’OMS

La pandémie de COVID-19 "est loin d'être terminée", a prévenu mardi le...

Le Canada classé 6e pays le plus misérable par un groupe de réflexion

Les taux d'inflation et de chômage élevés du Canada l'ont classé parmi les pays les plus « misérables » au monde, selon un groupe...

L’Île-du-Prince-Édouard transforme des pommes de terre en direction d’une usine de frites en Alberta

Une entreprise de l'Î.-P.-É. a négocié une entente pour envoyer jusqu'à 700 chargements de semi-remorques de pommes de terre de transformation excédentaires de l'Î.-P.-É....

Kent Hughes est le nouveau directeur général du Canadian

Les Canadiens de Montréal ont mis fin au suspense : Kent Hughes...

Rentrée des classes : les enseignants manifestent pour déplorer l’assouplissement des mesures sanitaires

Une dizaine d'enseignants de l'école secondaire Cavalier de LaSalle se sont réunis...

Vous pourriez aimer

La pandémie de COVID-19 « est loin d’être terminée », selon le patron de l’OMS

La pandémie de COVID-19 "est loin d'être terminée", a prévenu mardi le...

Le Canada classé 6e pays le plus misérable par un groupe de réflexion

Les taux d'inflation et de chômage élevés du Canada l'ont classé parmi les pays les plus « misérables » au monde, selon un groupe...

L’Île-du-Prince-Édouard transforme des pommes de terre en direction d’une usine de frites en Alberta

Une entreprise de l'Î.-P.-É. a négocié une entente pour envoyer jusqu'à 700 chargements de semi-remorques de pommes de terre de transformation excédentaires de l'Î.-P.-É....