18.4 C
Montréal
18 août 2022 03:15
Accueil Santé Des travailleurs de la santé atteints de COVID-19 ont été amenés pour...

Des travailleurs de la santé atteints de COVID-19 ont été amenés pour soutenir un été «misérable», déclare le PDG de Santé Î.-P.-É.

Nous suivre

Le PDG de Santé Î.-P.-É. affirme que les pénuries chroniques de personnel et l’augmentation des cas de COVID-19 dans la province ont rendu les premières semaines de l’été « extrêmement difficiles » pour les travailleurs de la santé.

Environ 135 employés de Santé Î.-P.-É. étaient absents la semaine dernière avec la COVID-19. Le Dr Michael Gardam a déclaré que c’était beaucoup pour le système de la province, qui ressentait déjà la pression.

« Nous sommes au plus fort de la saison des vacances d’été et bien sûr, nous avons beaucoup plus de personnes sur l’île que pendant l’hiver, donc nous avons potentiellement plus de personnes qui peuvent être infectées et qui ont besoin d’accéder aux soins de santé », a-t-il déclaré. a dit.

« Ça a été un été plutôt misérable. »

Travailler avec le COVID-19 dans des situations critiques

Gardam a déclaré que dans de rares circonstances – moins de 10 fois – du personnel de santé positif au COVID-19 a été amené au travail afin de maintenir le fonctionnement du système et d’éviter les fermetures.

Il a déclaré que dans ces situations, les travailleurs doivent avoir dépassé leur cinquième jour d’isolement et doivent se sentir et sonner suffisamment bien pour travailler.

« Et, bien sûr, ils doivent être absolument essentiels », a-t-il déclaré. « Nous ne ramenons pas seulement les gens pour le plaisir. »

Le PDG de Santé Î.-P.-É., le Dr Michael Gardam, a qualifié la situation de dotation « extrêmement difficile » et « plutôt misérable » dans toute l’organisation tout au long de l’été. (Zoom)

Gardam a utilisé l’exemple d’une infirmière formée en traumatologie qui retourne au travail si elle ne présente aucun symptôme et qu’aucune autre infirmière formée en traumatologie n’est disponible ce jour-là.

« La plupart des travailleurs de la santé avec qui j’ai parlé et qui ont eu le COVID ne sont pas assez bien pour travailler », a-t-il déclaré.

Gardam, dont l’expérience est dans la prévention et le contrôle des maladies infectieuses, a déclaré que le risque que ces travailleurs de la santé propagent le COVID-19 est extrêmement improbable.

Quelques [nurses] … c’est leur seul recours : éteindre le téléphone.– Barbara Brookins, Syndicat des infirmières et infirmiers de l’Î.-P.-É.

« Les protocoles de contrôle des infections que nous utilisons ont montré au cours des deux dernières années et demie que malgré tout le COVID là-bas, nous sommes très bons pour contrôler la propagation dans les soins de santé. Nous ne sommes pas parfaits, mais nous sommes très bons pour », a-t-il déclaré, ajoutant que le maintien des services en fonctionnement est la chose la plus importante.

Les salles d’urgence à travers le pays ont été confrontées à des fermetures potentielles cet été alors que les systèmes de santé continuent de lutter contre la crise pandémique qui dure depuis des années.

Au cours des derniers mois, Santé Î.-P.-É. a annoncé des dizaines de fermetures nocturnes de la salle d’urgence de l’hôpital Western d’Alberton, invoquant des pénuries de personnel.

« Nous essayons d’être très, très intelligents pour savoir si nous devons fermer le service, c’est celui qui aura le moins d’impact pour le moins de personnes juste pour essayer de maintenir le reste du système en marche. »

« Tout le monde manque »

Mais le syndicat des infirmières de la province a déclaré que les problèmes de dotation étaient critiques depuis des mois et que les appels des infirmières au sujet du problème ne faisaient qu’augmenter.

« Je suis content de l’entendre [Health P.E.I. is] le reconnaître publiquement afin que le personnel sache réellement que l’employeur l’entend, mais le fait est que ce n’est pas seulement COVID. Nous avions un grand nombre de postes vacants avant même le début de l’été », a déclaré la présidente du PEI Nurses Union, Barbara Brookins.

« Notre frustration est qu’il ne semble pas y avoir de direction pour ce qui se passe lorsqu’ils ne peuvent pas remplir les quarts de travail. »

La présidente du PEI Nurses Union, Barbara Brookins, a déclaré que Santé Î.-P.-É. était au courant de nombreux postes vacants depuis avant la dernière vague estivale de cas de COVID-19. (Nicola MacLeod/CBC)

Elle a déclaré que les infirmières recevaient constamment des appels pour travailler pendant leurs jours de congé ou n’avaient personne pour les relever à la fin de leur quart de travail.

Elle a dit que cela pourrait être dû à l’épuisement professionnel, au COVID-19 ou à des postes vacants.

« Cela a été très difficile pour la santé mentale », a déclaré Brookins.

« C’est frustrant parce que, vous savez, ils ont laissé leurs amis au travail, donc ils ne peuvent même pas éteindre leur téléphone. Et certains d’entre eux, vous savez, c’est le seul recours qu’ils ont : éteindre le téléphone. »

Je ne vais pas prétendre que nous sommes en pleine forme, car ce n’est pas le cas.— Dr Michael Gardam, PDG de Santé Î.-P.-É.

Le syndicat a déclaré que certains établissements de Santé Î.-P.-É. connaissaient une grave pénurie de personnel depuis février et que de nombreuses infirmières sont déplacées dans le système chaque semaine.

« Il y a des rumeurs selon lesquelles il va y avoir plus de mouvements au sein du système juste pour soutenir les domaines sur lesquels nous devons vraiment nous concentrer, comme vos salles d’urgence, mais les soins hospitaliers de longue durée, tout le monde manque », a-t-elle déclaré.

« Ce que j’aimerais voir se faire, c’est juste une sorte de reconnaissance antérieure… ils connaissent maintenant les quarts de travail qui sont vides, qui étaient vides même avant COVID… mais nous voulons savoir maintenant où se trouvent les trous et ce que l’employeur va faire pour adressez-vous à eux. »

Se concentrer sur les urgences

Gardam a déclaré que même si cela pourrait surprendre les Insulaires, l’Île-du-Prince-Édouard est en meilleure forme que de nombreuses autres juridictions. Il a rejoint l’autorité sanitaire de la province l’année dernière en provenance de l’Ontario, où il a déclaré que de nombreux hôpitaux fonctionnent désormais régulièrement à 120% de leur capacité, tandis que l’Île-du-Prince-Édouard dépasse rarement 100.

Il a déclaré que la première priorité devait être de protéger les services d’urgence.

« Nous essayons de déplacer les patients admis hors de l’émergence et vers les unités d’hospitalisation. Et là, nous sommes confrontés à des difficultés car avec suffisamment de maladies du personnel, nous devons fermer des lits car nous ne pouvons pas réellement avoir une infirmière là-bas pour s’occuper de quelqu’un , » il a dit.

« Nous nous débrouillons mieux qu’ailleurs, mais je ne vais pas prétendre que nous sommes en pleine forme, car ce n’est pas le cas. »

Mais Brookins a dit qu’elle voulait toujours voir plus de Santé Î.-P.-É. Elle a dit que le système de santé perdait des infirmières chaque jour.

« Nous avons un grand nombre d’entre eux qui sont prêts à prendre leur retraite cet automne, et lorsqu’ils ne reçoivent pas leurs congés et qu’ils ont une charge de travail plus élevée lorsqu’ils sont au travail, cela arrivera plus tôt. »

« Quand rien ne fonctionne et que vous avez encore des trous, vous devez avoir un plan pour ce que vous allez faire… et ce n’est pas seulement ‘bonne chance le week-end’. »

Source : www.cbc.ca

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

Qualité de l’air dans les écoles : le spectre de la 8ème vague vient assombrir la rentrée

Même si Québec se veut rassurant à l'approche de la rentrée scolaire,...

Recensement 2021 : le français continue de chuter au Québec et au Canada

Les voyants sont au rouge après la diffusion des données du recensement...

Un motard grièvement blessé à Rawdon

Un motocycliste a été grièvement blessé mercredi soir dans une collision à...

Monkey pox : études en cours sur ses mutations génétiques

Des études sont en cours pour déterminer si des mutations génétiques du...

Violation de données chez WestJet

Les clients de la compagnie aérienne WestJet ont subi une violation de...

Vous pourriez aimer

Qualité de l’air dans les écoles : le spectre de la 8ème vague vient assombrir la rentrée

Même si Québec se veut rassurant à l'approche de la rentrée scolaire,...

Recensement 2021 : le français continue de chuter au Québec et au Canada

Les voyants sont au rouge après la diffusion des données du recensement...

Un motard grièvement blessé à Rawdon

Un motocycliste a été grièvement blessé mercredi soir dans une collision à...