-13.9 C
Montréal
18 janvier 2022 12:24
Accueil Santé Étant donné que les provinces limitent les tests PCR, les Canadiens devraient-ils...

Étant donné que les provinces limitent les tests PCR, les Canadiens devraient-ils être en mesure de déclarer les résultats des tests rapides ?

Nous suivre

Alors que de plus en plus de provinces réduisent les tests PCR pour COVID-19 et que la variante Omicron continue d’augmenter, de nombreuses personnes au Canada se fient aux résultats des tests d’antigène rapides à emporter, s’ils peuvent mettre la main dessus.

Cependant, dans une grande partie du pays, les tests rapides ne sont pas comptabilisés et ne sont pas inclus dans le décompte provincial officiel des cas. Certains experts médicaux avertissent qu’il est important de documenter ces résultats pour garder un œil sur les progrès de la pandémie.

« Nous en avons besoin pour un certain nombre de choses », a déclaré Sally Otto, biologiste évolutionniste de l’UBC et membre de l’équipe de modélisation COVID-19 de la Colombie-Britannique.

« Afin de prédire quand nous allons être au sommet, quand nous allons être à la baisse de cette vague Omicron, nous devons savoir combien de personnes sont infectées. Si nous n’avons pas de bon sens de ça, c’est vraiment difficile à savoir, sommes-nous encore au début de cette vague ou sommes-nous à la fin de cette vague ? »

Le Manitoba dit qu’il met à disposition des tests rapides à emporter et auto-administrés sur les sites de test provinciaux. (David Horemans/CBC)

Aucune province ne suit les résultats positifs des tests rapides, et il devient de plus en plus difficile pour les gens d’accéder à d’autres formes de test dans plusieurs régions du Canada.

Jeudi, par exemple, l’Ontario a modifié ses directives de test pour dire que les personnes qui reçoivent des résultats positifs aux tests antigéniques rapides n’ont plus besoin de passer des tests PCR pour confirmation. Et depuis vendredi, la province limite également les tests PCR aux personnes à haut risque qui sont symptomatiques, aux populations vulnérables et aux travailleurs dans les milieux à haut risque.

Un patchwork d’approches pour documenter les résultats des tests rapides est en place dans les juridictions à travers le Canada pour documenter les résultats des tests rapides, tels que :

Un effort au coup par coup ne sera pas aussi bon.– Sally Otto, membre de l’équipe de modélisation COVID-19 de la Colombie-Britannique

« Un effort au coup par coup ne sera pas aussi bon en termes de capacité à avoir une bonne idée du nombre réel de personnes infectées en ce moment, quel est le fardeau prévu qui va conduire à l’hospitalisation et quand serons-nous à travers cela,  » dit Otto.

Le précédent de déclaration des tests rapides existe déjà : le Royaume-Uni demande aux résidents de déclarer leurs résultats – positifs, négatifs ou nuls – depuis neuf mois.

« Les meilleures données que nous ayons eues sur la pandémie de COVID proviennent du Royaume-Uni et cela est dû à leur solide cadre d’analyse des données. Ils ont des données sur les cas liés à l’hospitalisation et à la vaccination et c’est de classe mondiale », a déclaré Otto.

Prochaines étapes

Jarvis Schmid de Calgary a été testé positif pour COVID-19 lors d’un test rapide le lendemain de Noël.

Après avoir traité la nouvelle, Schmid s’est ensuite demandé ce qu’il devait faire avec son résultat.

Jarvis Schmid de Calgary a été testé positif au COVID-19 lors d’un test rapide le 26 décembre. Incertain de ce qu’il devrait faire avec le résultat, il l’a entré lui-même dans son dossier médical électronique. (Google Meet)

« Je me souviens que quelqu’un a dit que c’était bien d’avoir ces dossiers sous la main. Et si vous avez des symptômes à long terme ou si cela aide à diagnostiquer? » a déclaré l’homme de 38 ans, qui s’est isolé de sa famille.

Il n’y a pas de système pour suivre les résultats des tests rapides en Alberta, alors Schmid a plutôt téléchargé une photo de son test rapide avec la date à laquelle il a passé le test dans son dossier médical électronique.

« Je comprends qu’ils n’ont probablement pas pu mettre quelque chose en place tout de suite. J’espère qu’ils finiront par mettre en place quelque chose que vous pourrez facilement enregistrer. Mais pour le moment, c’est un peu un mode brouillé », a-t-il déclaré.

Cependant, tout le monde n’est pas d’accord pour dire qu’un portail similaire à celui suggéré par Schmid serait utile.

La Dre Stephanie Smith, spécialiste des maladies infectieuses à l’Université de l’Alberta, a déclaré que ce type de suivi exigerait que les gens soient proactifs dans la saisie de leurs résultats.

« Je pense que le temps, les efforts et l’argent que cela prend n’apporteront peut-être pas beaucoup d’avantages en nous donnant plus d’informations que ce que nous avons du sous-ensemble de personnes qui subissent encore des tests PCR », a déclaré Smith.

Sur toute la ligne

Le Dr David Keegan, médecin de famille à Calgary, craint que les compagnies d’assurance n’acceptent les résultats d’un test rapide d’antigène pour COVID-19 sans confirmation d’un résultat de test PCR. (Google Meet)

Le médecin de famille de l’Alberta, le Dr David Keegan, a déclaré que quelque chose est mieux que rien lorsqu’il s’agit de suivre les résultats des tests rapides.

Il s’intéresse principalement aux conséquences bureaucratiques pour les patients qui n’ont qu’un test rapide positif plutôt qu’une confirmation par PCR.

« L’invalidité, les compagnies d’assurance les accepteront-elles alors que plus tard, les gens envisageront une invalidité à long terme pour obtenir des prestations et un accès aux services? Ces résultats autodéclarés seront-ils acceptés? Nous ne savons pas », a déclaré Keegan.

« Espérons qu’ils le sont. Ce serait juste l’idéal si les gouvernements avaient trouvé un moyen de rassembler ces données, les résultats des tests rapides de manière objective. »

Source : www.cbc.ca

Nous suivre sur Google Actualités

NOUS SUIVRE

191FansJ'aime

Actualité Canada est un nouveau média qui a pour objectif de vous informer en français de l’actualité qui vous intéresse. N’hésitez pas à nous suivre pour montrer votre soutien à notre rédaction 🙂

Derniers articles

L’auteur-compositeur-interprète québécois Karim Ouellet, 37 ans, retrouvé mort

Liens du fil d'Ariane Des nouvelles Musique Nouvelles locales Arts...

Patrick Roy réagit à la nomination de Kent Hughes

Le directeur général et entraîneur-chef des Remparts de Québec, Patrick Roy, a brièvement réagi dans un communiqué à l'embauche de...

La pandémie de COVID-19 « est loin d’être terminée », selon le patron de l’OMS

La pandémie de COVID-19 "est loin d'être terminée", a prévenu mardi le...

Le Canada classé 6e pays le plus misérable par un groupe de réflexion

Les taux d'inflation et de chômage élevés du Canada l'ont classé parmi les pays les plus « misérables » au monde, selon un groupe...

L’Île-du-Prince-Édouard transforme des pommes de terre en direction d’une usine de frites en Alberta

Une entreprise de l'Î.-P.-É. a négocié une entente pour envoyer jusqu'à 700 chargements de semi-remorques de pommes de terre de transformation excédentaires de l'Î.-P.-É....

Vous pourriez aimer

L’auteur-compositeur-interprète québécois Karim Ouellet, 37 ans, retrouvé mort

Liens du fil d'Ariane Des nouvelles Musique Nouvelles locales Arts...

Patrick Roy réagit à la nomination de Kent Hughes

Le directeur général et entraîneur-chef des Remparts de Québec, Patrick Roy, a brièvement réagi dans un communiqué à l'embauche de...

La pandémie de COVID-19 « est loin d’être terminée », selon le patron de l’OMS

La pandémie de COVID-19 "est loin d'être terminée", a prévenu mardi le...

Le Canada classé 6e pays le plus misérable par un groupe de réflexion

Les taux d'inflation et de chômage élevés du Canada l'ont classé parmi les pays les plus « misérables » au monde, selon un groupe...